Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi :

*Le Matin. :

– L’écosystème Boeing démarre en trombe. L’écosystème Boeing démarre avec l’intégration de neuf fournisseurs, une réussite pour l’avionneur. Parmi eux, le français Hutchinson et le marocain TDM Aerospace qui ont décroché des contrats d’équipementiers directs. L’écosystème cible 120 fournisseurs sur dix ans, 8.700 nouveaux emplois et un chiffre d’affaires annuel additionnel à l’export d’un milliard de dollars à partir de 2028.

– Quel nouveau modèle économique pour le Maroc ? Telle est la question à laquelle les intervenants à la conférence Euromoney 2019, la première au Maroc, ont essayé de répondre. Tenue hier à Rabat, cette grand-messe a mobilisé experts et représentants d’institutions financières de plusieurs pays autour du thème « Construire un nouveau paradigme économique ». Les conférenciers ont aussi abordé le marché de l’emploi, la gestion des risques et le développement des PME. « Le nouveau modèle économique marocain devrait inclure l’ensemble des dimensions d’infrastructures notamment immatérielles (banques et finance) et physiques (réalisations portuaires et terrestres). Les chantiers à accélérer à cet effet devront davantage porter sur l’approfondissement de la finance désintermédiée ainsi que l’utilisation d’un puissant véhicule de financement et de gouvernance », déclare Othman Benjelloun, président du groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM).

*Aujourd’hui le Maroc. :

– Après une progression de 5,3% en 2017, les prix des actifs immobiliers se sont stabilisés en 2018, et ce, pour l’ensemble des catégories d’actifs. C’est ce que confirme Bank Al-Maghrib (BAM) dans sa dernière publication relative à l’indice des prix des actifs immobiliers. La banque centrale constate dans ce sens une reprise des transactions immobilières sur l’année, et ce, après une baisse de 6,8% en 2017. A fin 2018, les ventes immobilières se seraient consolidées de 4,5%. Une hausse couvrant l’ensemble des catégories de biens. A cet effet, BAM relève un redressement des ventes de 2,9% pour les actifs résidentiels.

– Le programme de renouvellement du parc des véhicules du transport routier a démarré. Les transporteurs intéressés par ce programme peuvent déposer leurs demandes à partir du 15 février. C’est ce qu’annonce le ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau dans un communiqué. Cette mesure s’inscrit dans le cadre des dispositions de l’article 7 bis de la loi de Finances n°80.18 au titre de l’année 2019. Au total, 8 primes sont réservées au renouvellement ou à la casse du parc des véhicules du transport routier en vertu de l’article 7 bis de la loi de Finances. Par ailleurs, le montant de l’aide au renouvellement et de la prime à la casse varie selon l’âge du véhicule et le nombre de places autorisés pour les véhicules affectés au transport public en commun des voyageurs.

*L’Economiste. :

– Les délais de paiement mobilisent encore une fois. Trois ministres, patronat… et quelques élus étaient de la rencontre organisée par le ministère de l’Economie et des Finances. La réduction des délais de paiement devient une condition pour assurer à l’entreprise assez de liquidité afin de poursuivre son activité, son développement et, donc, l’emploi et la croissance. Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Economie et des Finances, a annoncé la mise en place début mai d’un système de dépôt électronique des factures pour les marchés de l’Etat et des collectivités territoriales. Cela devrait accroitre la diligence du processus lié au règlement des marchés publics. Deux ans après la réforme, les résultats sont visibles sur le comportement de paiement de l’Etat même s’il reste encore beaucoup de points à améliorer. Le délai moyen de paiement des marchés de l’Etat est passé de 146 jours en 2016 à 58 jours en 2017 et à 39 jours en 2018.

– A une année de l’échéance de la stratégie Halieutis, quelle évaluation se dégage pour le secteur des pêches maritimes? L’organisation de la 5ème édition du salon éponyme du 21 au 24 février à Agadir devrait permettre aux opérateurs de se fixer sur les avancées franchies par le secteur. Selon les données émanant du département de la Pêche, ce secteur contribue à hauteur de 7,3% du total des valeurs ajoutées des activités primaires pour une production qui se stabilise à 1,3 million de tonnes sur les 5 dernières années. En 2018, les débarquements du poisson on atteint 1,37 million de tonnes pour une valeur de 11,6 milliards de DH. Les grands changements ont concerné la structure des utilisations. Ainsi, la congélation qui représentait moins de 4% en 2010 concerne désormais la moitié des captures.

*Al Bayane. :

– Les délais de paiement se réduisent, mais pas pour tous. Les petits fournisseurs continuent notamment d’en pâtir. Intervenant lors d’une rencontre organisée sur cette problématique, le ministre de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, a reproché à certaines entreprises d’avancer l’argument des retards de paiement du marché public pour ne pas régler leurs fournisseurs. Son confrère des Finances, Mohamed Benchaâboun, abonde dans le même sens. « Nous attendons que le privé adopte des actions concrètes afin d’améliorer les relations inter-entreprises » a-t-il souligné. Ces reproches ne doivent pas cacher la réalité. Etat, collectivités territoriales et entreprises publiques doivent faire plus d’efforts pour apurer leurs dettes.

– Le ministère de la Santé a appelé la population cible de l’enquête nationale de séroprévalence sur les hépatites virales (HV), à collaborer avec les équipes d’enquêteurs au cours du processus de collecte des données et des visites des ménages sélectionnés. La première enquête nationale de séroprévalence sur les hépatites virales (HV), lancée entre les mois de février et avril 2019 par le ministère, avec le soutien de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de l’Unicef et en collaboration avec les autorités locales, a pour objectif principal de préciser la séroprévalence des HV chez la population générale âgée de cinq ans et plus et fournira à son terme, des données épidémiologiques fiables sur les HV au Maroc, rappelle le ministère dans un communiqué. Cette première enquête touchera un échantillon de 13.500 participants appartenant à 4.575 ménages, répartis sur toutes les régions du Royaume.

*L’Opinion. :

– Le montant des cotisations et contributions collectées par les régimes de retraite de base a progressé de 5,8% à 45,1 milliards de dirhams (MMDH) en 2017, selon l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS). Ces cotisations et contributions, qui ont constitué 73,6% du total de leurs ressources, ont enregistré une augmentation annuelle moyenne de 7% sur la période 2013-2017, souligne l’ACAPS dans son rapport sur le secteur de la prévoyance sociale au titre de 2017. Entre 2016 et 2017, le montant de ces cotisations et contributions est passé ainsi de 42,6 à 45,1 milliards de dirhams, relève le rapport.

– Le monde rural souffre de déficits persistants qui l’éloignent du chemin de convergence vers le standard de vie dans les agglomérations urbaines. Le constat est, en tout cas, du Centre marocain de conjoncture (CMC). « Que ce soit au plan de l’éducation, de la santé, de l’habitat ou encore des infrastructures de base, tous les indicateurs spécifiques au monde rural sont en retrait par rapport à leur équivalent dans le monde urbain », ajoute le CMC. Face à cette situation le ThinkThank marocain souligne que la convergence rapide des niveaux de vie dans les deux milieux nécessite l’adoption de politiques publiques axées sur le développement rural dans ses multiples dimensions.

*Libération. :

– La province d’Ouarzazate est déterminée à se positionner sur les marchés à forte valeur ajoutée. Pour preuve, cette opération de séduction à l’endroit des agences de voyages américaines qui a eu lieu cette fin de week-end, dans le Hollywood marocain. Poursuivant ainsi ses efforts de promotion et de mise en valeur, le Conseil provincial du tourisme d’Ouarzazate (CPT) en collaboration avec l’Office national marocain du tourisme et le conseil communal ont organisé un éductour et un workshop en faveur de 24 agents de voyages américains pour explorer cette destination qui exerce de plus en plus de charme sur les tendances touristiques internationales. Cette importante opération de promotion a tenté surtout de mettre l’accent sur l’importance du potentiel touristique d’Ouarzazate à travers les visites de plusieurs sites touristiques.

– La ministre indienne des Affaires étrangères, Sushma Swaraj, a souligné l’impératif de mettre en place une coopération économique tridimensionnelle associant l’Inde, le Maroc et les pays africains. Le Royaume, fort de sa position stratégique exceptionnelle, assure un rôle à dimension internationale et entretient des relations distinguées avec les autres pays, a-t-elle dit lors d’entretiens avec le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki. Pour sa part, El Malki a souligné que les relations entre les deux pays avaient enregistré un saut qualitatif depuis les visites de SM le Roi Mohammed VI en Inde ces dernières années, formulant l’espoir que les deux parties approfondissent leur dialogue politique et établissent un partenariat stratégique multidimensionnel.

*Akhbar Alyaoum. :

– Le chef du gouvernement Saâd Dine El Otmani a été déçu par les résultats de la Stratégie nationale de la sécurité routière 2017-2026. « Le rythme de baisse de la mortalité sur les deux dernières années demeure en deçà de nos attentes et des objectifs tracés », a-t-il dit lors d’une réunion du Comité interministériel de la sécurité routière, notant que « si le nombre global de décès a légèrement reculé en 2018, il a enregistré une hausse de 8,38% dans le périmètre urbain ». A cet effet, El Otmani a mis l’accent sur la nécessité d’accélérer la mise en œuvre de la Stratégie nationale de la sécurité routière 2017-2026 et d’adopter une approche intégrée entre les différents acteurs, gouvernementaux et de la société civile, qui soit basée sur trois dimensions complémentaires, à savoir la prévention, la sensibilisation et la dissuasion.

– La tension est montée d’un cran entre Lahcen Daoudi, ministre délégué chargé des Affaires générales et de la gouvernance, et Driss Guerraoui , président du Conseil de la Concurrence, suite à la la conférence de presse de ce dernier. L’une des raisons qui explique cet état de fait est l’appel de Guerraoui à une séance d’audition de Daoudi autour du plafonnement des prix des hydrocarbures. Après concertation avec le Secrétariat général du gouvernement, Daoudi a décliné cette demande car, explique-t-il, les institutions de gouvernance ne peuvent en aucun cas auditionner un ministre, du fait que ces instances ont un rôle consultatif et non d’évaluation. Selon le Secrétariat général du gouvernement, il est possible d’établir des séances de travail entre les ministres et les institutions constitutionnelles. *Al Ahdat Al Maghribia. :

– Accusé de monopole au sujet de la vente du vaccin contre la grippe saisonnière, l’Institut Pasteur a démenti l’information. Le vaccin « Vaxigrip », autorisé à la commercialisation au Maroc, dispose de deux types de conditionnement, a indiqué l’Institut. Le premier fait que le vaccin est conditionné dans une boîte multidoses et ne se vend pas en pharmacie. Le deuxième type de vaccin, qui est une boîte unidose, est importé et commercialisé directement par le fabricant. Ce qui réfute les accusations de monopole.

– Le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki a souligné que 80% des lois approuvées par la Chambre lors de la première session de l’année législative 2018-2019 ont recueilli l’unanimité de la majorité et de l’opposition. Après avoir mis en avant le bilan des initiatives législatives des députés en matière de présentation de propositions de lois et d’introduction d’amendement aux projets de lois adoptés par la Chambre, El Malki a souligné que le taux de propositions de loi approuvées ne dépassent pas 7,75%, soit 9 propositions sur un total de 116 présentées par les membres de la Chambre depuis le début du mandat.

*Al Ittihad Al Ichtiraki. :

– La FDT observe mercredi une grève de 24 heures dans la fonction publique et les collectivités territoriales. Par cette démarche, la FDT veut attirer l’attention sur les conditions sociales des travailleurs marocains. La centrale syndicale a affirmé que cette action fait suite à une série de sit-in et marches qu’elle a organisés, la dernière action étant la marche nationale du 3 février dernier.

– Le ministère de la Santé a reconnu ne pas disposer de toutes les données se rapportant à l’infection de l’hépatite virale au Maroc. Ce manque de données concerne également à plusieurs autres maladies. L’absence d’études plus récentes en la matière empêche de connaitre l’ampleur de leur propagation et de pouvoir mettre en place des programmes pour y faire face. Pour remédier à cette situation, le ministère a lancé, avec le soutien de l’Organisation mondiale de la santé, de l’Unicef et en collaboration avec les autorités locales, une première enquête nationale de séroprévalence sur les hépatites virales. Lancée entre les mois de février et avril 2019, cette initiative a pour objectif principal de préciser la séroprévalence des HV chez la population générale âgée de cinq ans et plus et fournira à son terme, des données épidémiologiques fiables sur les HV au Maroc.

*Al Alam. :- Noureddine Dib, directeur adjoint de la direction du transport routier au sein du ministère de l’Equipement et du transport, a indiqué que son département avait installé en 2010 un total de 140 radars. Ce chiffre sera revu à la hausse prochainement, avec l’installation de 550 autres radars dans toutes les régions du Royaume, a-t-il dit à l’occasion de de la journée nationale de la sécurité routière organisée par le ministère public. L’augmentation du nombre de radars aura sans doute un impact positif sur la baisse du nombre d’infractions et d’accidents mortels, selon le responsable. – Le Conseil d’Administration de la MGPAP a appelé la Chambre des conseillers a préserver les biens et les fonds de la CNOPS. Il a également exhorté la Chambre à ne pas porter préjudice aux acquis obtenus durant des années. Cet appel fait suite à l’approbation de la Chambre des représentants du projet portant transformation de la CNOPS en établissement public. Le conseil d’administration a estimé que l’élaboration du décret portant transformation de la CNOPS s’est déroulée dans la précipitation et n’a pas associé tous les intervenants du secteur de la couverture médicale.

*Al Massae. :

– Le chef du ministère public a affirmé que les Marocains ont commis environ 1,5 million d’infractions liées aux excès de vitesse, enregistrées par les radars fixes. Ce chiffre se rapporte seulement aux infractions déférées aux tribunaux, dont 1.436.000 contraventions et 8.597 délits. Le traitement électronique des infractions de la route liées aux radars fixes représente un des aspects de la justice digitale qu’ont connue les juridictions marocaines.

– La sphère du désaccord entre le PJD et le RNI s’élargit de plus en plus et se déplace au Parlement. Le groupe PJD à la Chambre des conseillers a posé une question écrite au ministre en charge de l’Agriculture Aziz Akhannouch sur l’exclusion des membres de la fédération nationale de l’Agriculture, bras syndical du PJD, des facilités accordées aux organisations syndicales. Cette question révèle que les services des ressources humaines au ministère de l’Agriculture ont repoussé les demandes présentées par la Fédération nationale de l’agriculture pour bénéficier d’autorisations d’absence leur permettant de prendre part aux activités syndicales et nationales.

*Bayane Alyaoum. :

– Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, et son homologue indienne, Mme Sushma Swaraj, ont signé quatre accords dans plusieurs domaines visant à renforcer la coopération bilatérale. Signés à l’issue des entretiens de Bourita avec Mme Swaraj, ces quatre mémorandums d’entente portent sur les domaines de la lutte contre le terrorisme, l’Habitat, la jeunesse et la facilitation des mouvements des hommes d’affaires entre les deux pays.

– Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, a qualifié le bilan de la première session de cette année législative de « très positif », précisant que ce bilan est le fruit de travail de toutes les composantes de la Chambre, groupes parlementaires, commissions et secrétaires des commissions permanentes. El Makli a souligné en conférence de presse, en marge de la clôture de la première session de l’année législative 2018-2019, que la Chambre des représentants a adopté 150 projets de lois, dont 47 au cours de cette session, faisant savoir que la pratique parlementaire à la Chambre des représentants a nettement évolué.

*Rissalat Al Oumma. :

– Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa, Présidente d’Honneur de l’Association pour le Développement Humain « Hassanate », a présidé la cérémonie d’inauguration du Centre de santé urbain « Massira II » relevant de la délégation de santé de la préfecture Skhirat-Témara, après les travaux de sa rénovation. La rénovation du centre « Massira II » s’inscrit dans les objectifs de « Hassanate » qui contribue à l’amélioration des services de base en matière de santé et d’éducation.

– Les quatre accords signés entre le Maroc et l’Inde dans les domaines de la lutte contre le terrorisme, l’habitat, la jeunesse et l’économie, viennent enrichir le cadre légal régissant les relations entre les deux pays, a indiqué le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita. Ces propos ont été tenus lors d’un point de presse tenu à l’issue de ses entretiens avec la ministre indienne des Affaires étrangères, Sushma Swaraj. Les entretiens ont porté sur les moyens de développer les relations bilatérales dans les domaines politique, économique, social ainsi que le domaine de la formation.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.