Par les temps qui courent en Algérie, les correspondants et reporters de la presse internationale ne sont pas les bienvenus. Et pour cause, le chef du bureau de l’AFP a été sommé par les autorités Algériennes de quitter définitivement Alger, avant le 28 février 2019, selon le site algérien A1.com.

« Il est reproché au journaliste de couvrir l’actualité algérienne, en particulier celle du président de la république Abdelaziz Bouteflika d’une manière biaisée, voire hostile », précise le site citant ses propres sources.

Pour rappel, de nationalité allemande, le chef du bureau Reuters pour l’Afrique du Nord couvre l’Algérie à partir de Tunis car il est considéré comme « persona non grata », sans oublier que la reporter d’Associated Press a été priée de quitter le pays, il y a belle lurette.

« Circulez, il n’y a rien à voir ni à rapporter », disent les autorités aux curieux journalistes qui se pointent aux portes de la république démocratique et populaire.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.