Le ministre délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration, Abdelkrim Benatiq, a affirmé, vendredi à Marrakech, que son département s’est fortement investi dans la mobilisation des compétences des Marocains du monde dans tous les domaines, tout en veillant à accorder un intérêt particulier aux questions qui intéressent cette communauté dans les pays d’accueil ou à celles en lien avec le système juridique dans la Mère-Patrie.

Intervenant à l’ouverture d’une Conférence sur « Le Code de la Famille à la lumière du Droit comparé et des Conventions internationales » et ce, à l’occasion de la tenue du 3ème Forum des Avocats MRE, M. Benatiq a souligné que cette forte mobilisation se manifeste à travers la consolidation des liens des Marocains résidant à l’étranger avec leur Mère-Patrie et leur information du grand développement que connaît le Royaume dans les divers secteurs. Un développement qui, a-t-il ajouté, reste tributaire de l’implication de l’ensemble des composantes de la société marocaine dans les débats en cours et dans l’élaboration des propositions et des mesures à prendre.

Dans ce sens, le ministre a soutenu que le Maroc, sous la sage conduite du Roi Mohammed VI, a choisi de relever à bras le corps les énormes défis et de faire face aux diverses mutations sociétales survenues aussi bien dans le Royaume que dans les pays d’accueil, relevant que ce choix passe par l’engagement d’un débat approfondi et serein à portée juridique, en vue d’aboutir à des solutions qui soient à la hauteur des aspirations et attentes de l’ensemble des Marocains.

M. Benatiq a, en outre, mis en avant la Haute sollicitude dont SM le Roi entoure les Marocains du monde et l’intérêt particulier que le Souverain accorde à cette frange de la société, qui représente 13 % de la population du Royaume, relevant que ces ressortissants marocains, dont le nombre est estimé à près de cinq millions de personnes à travers le monde, sont viscéralement attachés à la Mère-Patrie et ont une présence de poids où ils résident, puisqu’ils occupent des postes de décision dans les domaines économique, culturel ou des services.

Et le ministre de noter que cette Conférence se veut un espace opportun pour débattre de l’une des principales questions ayant trait aux changements sociétaux, à savoir le Code de la Famille, qui régit selon des règles juridiques l’un des piliers de la société, en l’occurrence la famille.

+ La protection de l’enfant à la lumière des conventions internationales +

Initiée par le ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration, en partenariat avec le ministère de la Justice, le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire, la Présidence du Parquet Général et l’Association des Barreaux des Avocats du Maroc, cette Conférence s’inscrit dans le cadre de la stratégie du ministère qui ambitionne la protection des droits et acquis de la communauté marocaine résidant à l’étranger, ainsi que la mobilisation de ses compétences pour renforcer leur participation au développement de leur pays d’origine, le Maroc.

Cette rencontre, de deux jours, vise également à contribuer au débat actuel portant sur la révision du Code de la Famille, en se basant sur la Lettre Royale adressée par le Souverain aux participants à la 5ème Conférence islamique des ministres chargés de l’enfance, tenue le 21 février 2018 à Rabat.

Participent à ce conclave, des magistrats relevant du ministère de la Justice, du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire, de la Présidence du Parquet Général, les avocats adhérents à l’Association des Barreaux du Maroc et leurs confrères membres de l’Association des Avocats marocains et d’origine marocaine exerçant à l’étranger, les Bâtonniers du Royaume et plusieurs enseignants chercheurs, spécialistes en la matière, représentant l’ensemble des universités nationales ainsi que les représentants des départements ministériels et institutions concernés.

Les débats et discussions au cours de cette Conférence permettront de ressortir des recommandations pour pallier les difficultés et contraintes auxquelles sont confrontés les ressortissants marocains résidant à l’étranger.

Ainsi, deux axes seront abordés : le premier, qui concerne « Les effets des jugements rendus et contrats conclus à l’étranger, en matière de droit de la famille, à la lumière des conventions internationales », porte sur la position adoptée par les autorités judiciaires et administratives quant à la validité des jugements et contrats conclus en matière du droit de la famille.

Quant au second axe relatif à « La protection de l’enfant à la lumière des conventions internationales », il se focalise sur la protection des droits de l’enfant au vu des conventions internationales.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.