Toujours au point mort. Le projet de loi organique relatif au caractère officiel de la langue amazighe « ne fait toujours pas l’unanimité » au sein de la commission de la culture et de la communication de la chambre des représentants, a-t-on appris ce lundi.

Aux dernières nouvelles, le projet a ainsi été confié aux secrétaires généraux des partis de la majorité qui devront l’examiner et trouver une issue consensuelle à ce texte qui a suscité beaucoup de polémiques.

“Le dossier a été adressé aux secrétaires généraux depuis près d’une semaine, et il est attendu qu’une commission restreinte de parlementaires se réunissent ce mardi pour discuter de nouveau du projet”, a rapporté le site arabophone Hespress. Et d’ajouter selon une source parlementaire que “le problème n’est pas lié au refus du tifinagh par le Parti justice et développement (PJD) mais à la question de le spécifier dans le texte de la loi organique alors que le décret royal a définitivement tranché à ce sujet”.

Des députés ont exprimé leur étonnement quant à “l’appel lancé par certaines parties à voter sur l’utilisation du tifinagh alors que le roi a réglé cette question” relevant que “le ministre de la culture et de la communication était intervenu pour résoudre ce problème par un décret, mais cette initiative n’a pas trouvé un échos favorable”.

+ Le PJD et ses députés sont contre …+

Les députés PJDistes ne sont pas contre l’usage du tifinagh, a précisé la source parlementaire, mais contre son inclusion dans le texte de la loi organique alors que le décret royal a tranché à ce sujet et qu’en plus le texte initial du projet de loi n’en fait pas allusion.

Pour sa part, le secrétaire général d’un parti de la majorité, qui a préféré gardé l’anonymat, a indiqué à Hespress que les dirigeants des formations de la majorité ne se sont pas encore réunis et qu’ils n’ont pas encore fixé une date pour discuter des projets de loi organiques relatifs à l’amazighe.

Pour le moment les projets de loi organiques relatifs à la langue et à la culture amazighes sont encore entre les mains de la commission de la première chambre dans l’attente d’un consensus.

Le chef du gouvernement Saad Eddine El Othmani avait promis, fin janvier dernier, que les lois organiques relatifs à la langue et à la culture amazighes verraient le jour dans un délai ne dépassant pas deux mois, un délai que des parlementaires ont considéré comme étant optimiste vu les divergences politiques et idéologiques à ce sujet.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.