Un événement qui rendra hommage à une famille de créateurs. Ainsi So Art Gallery présente à partir du 13 Février 2019 les œuvres du Trio Jaeckin – JUST, ANNE et JULIA qu’elle a à cœur de valoriser. Le vernissage aura lieu en présence de M HERVE POULAIN, Président d’honneur de la célèbre maison de vente aux enchères, ARTCURIAL.

Ainsi, de génération en génération, seront exposées les œuvres de Just Jaeckin. Photographe, sculpteur et réalisateur. Just est un homme aux multiples talents.

L’exposition abritera aussi les œuvres de sa femme, Anne Jaeckin. Après avoir été danseuse classique professionnelle, elle découvre sa nouvelle passion pour la sculpture qui la pousse à fréquenter de nombreux ateliers parisiens.

Quant à Julia Jaeckin, c’est est ce que l’on peut appeler une enfant de la balle, le travail de son père, Just Jaeckin, photographe et cinéaste, de sa mère sculpteur, est sûrement à l’origine de sa passion pour la photographie.

Pour elle la photographie  de portraits et de mode sont le terrain de prédilection où sa sensibilité pour la lumière et le cadrage, base de son talent, peut s’exprimer.

A PROPOS DES ARTISTES

JUST JAECKIN

Lorsque l’on évoque le nom d’EMMANUELLE, film mondialement connu, cela fait inévitablement écho à celui de son réalisateur JUST JAECKIN.

Mais il serait réducteur d’imaginer que sa créativité se soit épanouie dans ce seul domaine. S’il est un mot qui définit à merveille cet homme extrême et doué, c’est bien la polyvalence. Très vite après ses études à l’école des arts déco, il devient le Photographe des stars pour  des magazines prestigieux (Vogue, Elle, Marie Claire, Harpers-Bazar etc.) Il semble prendre ses quartiers à la galerie STADLER dans les années 68 où ses sculptures seront exposées pendant près de 5 ans. Ce sont des matières comme le plexi et le carton qu’il choisit et qui donnent à son travail son caractère très contemporain. C’est aussi à cette période qu’il trouve le moyen de « S’essayer à la caméra » en tournant pour Dim Dam Dom et  en réalisant le fameux « Emmanuelle », qui va faire scandale, mais restera à l’affiche sur les Champs-Élysées pendant 13 ans. Suivront 8 autres longs métrages : Madame Claude, H’O, Le dernier amant Romantique, Lady Chaterley, Girls, Gwendoline qui a reçu le grand prix du film d’aventures de Rome et a réalisé de nombreux films publicitaires, en parallèle toujours, de ses autres activités, mais sans jamais quitter le monde de l’art et du visuel.

ANNE JAECKIN

Anne Jaeckin née en 1961 à Poissy,

Elle commence la danse à 6 ans et devient par la suite danseuse professionnelle.

Elle partage aujourd’hui sa vie entre Paris et son atelier situé en Normandie.

Après avoir été danseuse classique professionnelle, elle découvre sa nouvelle passion pour la sculpture qui la pousse à fréquenter de nombreux ateliers parisiens.

En 2001, Anne et son mari Just Jaeckin ouvrent leur galerie au 19 rue Guénégaud dans le 6e, où ils exposent leurs collections permanentes. Parallèlement, elle expose régulièrement ses œuvres en France et à l’étranger.

JULIA JAECKIN

Julia Jaeckin est ce que l’on peut appeler une enfant de la balle, le travail de son père, Just Jaeckin, photographe et cinéaste, de sa mère sculpteur, est sûrement à l’origine de sa passion pour la photographie.

Pour elle la photographie  de portraits et de mode sont le terrain de prédilection où sa sensibilité pour la lumière et le cadrage, base de son talent , peut s’exprimer. » Ce que j’aime dans la photographie, c’est pouvoir capter l’espace d’un court instant un regard, une émotion. La femme est ma muse que ça soit dans le domaine du portrait ou de la mode. M’étant toujours inspirée du travail de mon père arrivant à captiver le sourire dans les yeux de ses modèles, je m’efforce à réussir cette quête du bonheur, la mettant en honneur dans l’image. J’aime travailler à l’argentique, apportant un grain et un contraste spécial à mes photos. Je compte réaliser une série de nus artistiques, peints de paillettes apportant une ambiance cosmique en accord avec des jeux de lumières clairs obscurs afin d’apprivoiser la beauté du corps féminin, sans tomber dans la vulgarité. Cette série sera poétique et entremêlera sensualité et odes à la femme, inspirée du travail de mes parents. Je sais aujourd’hui dans quel esprit et forme de photographie je veux m’engager, une base classique dont le cadrage et la lumière sont mes critères de création que je vais développer et personnaliser.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.