Un vrai scandale. Des internautes musulmans ont lancé un appel, soutenu à ce jour par 21.000 personnes, dans lequel ils demandent à Nike de retirer son nouveau modèle de chaussures de sport portant au bas de la semelle un signe ressemblant au nom d’Allah en arabe.

La pétition, lancée par une femme sur le site “Change.org”, demande à Nike le retrait de la vente du nouveau modèle “AIR 270 MAX” car les gens “piètineront” ce signe qui sera aussi sali et souillé.
Les signataires dénoncent l’utilisation par la marque des vêtements de sport du mot “Allah”, estimant que ceci nuit à l’Islam et aux musulmans, rappelant que Nike avait été obligé de retirer de la vente en 1997 un autre modèle de chaussures de sport portant un signe similaire.

“Si l’ancien modèle en question avait en son temps provoqué la même colère, pourquoi Nike a-t-elle pu approuver le nouveau?”, s’est interrogée l’initiatrice de la pétition alors que certains signataires ont appelé au boycott des produits de cette société.

De son côté, le directeur de la communication du conseil des relations américano-islamiques a indiqué que ce conseil est en contact à ce sujet avec Nike bien qu’il ne s’agit pas d’une volonté de nuire de la part du fabricant de vêtements de sport.

Article19.ma

1 COMMENTAIRE

  1. Bonsoir
    mon Dieu ! à ce point? je dis chiche aux Musulmans , qui adorent Allah de fabriquer leur produits de sports , et contrer Nic non????
    les chrétiens ils croient aussi à Allah seul et unique non ?
    les Juifs aussi ils croient à un Allah seul et unique non ?
    que les Musulmans , ils créent des vagues, et du vent, et ils tournent et ils retournent terres et mers , ils créent des amalgames partout et dans tout
    je dis chiche ! aux Musulmans si; ils sont capables de fabriquer leur propre marque mad in Islam au lieu de crier au scandale

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.