Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mercredi :

*Le Matin. :

– Le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch, a affirmé que l’adoption de l’accord agricole avec l’Union européenne (UE) constitue une confirmation de l’attachement de la partie européenne à un « accord stratégique, solide et équilibré » avec le Maroc. Répondant à une question centrale sur « l’accord agricole avec l’UE » à la Chambre des représentants, Akhannouch a affirmé que cet accord représente également une consécration positive des attentes des Marocains envers le premier partenaire économique, politique et social et vient couronner un long processus de négociations techniques et de concertations politiques.

– L’activation du groupe d’amitié parlementaire Maroc-Guinée-Conakry a été au centre d’un entretien mardi à Rabat, entre le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, et le président de l’Assemblée nationale de la Guinée-Conakry, Claude Kory Kondiano. Lors d’un point de presse à l’issue de cette entrevue, El Malki a indiqué avoir examiné avec Kory Kondiano les moyens de soutenir et de renforcer la coopération entre les deux institutions législatives, à travers particulièrement l’activation du groupe d’amitié parlementaire.

*Aujourd’hui le Maroc. :

– Une importante avancée pour le Maroc en matière de lutte contre la corruption. Le Royaume a nettement amélioré son positionnement dans l’indice de perception de la corruption de Transparency international. Il fait partie des dix premiers pays au monde à avoir réalisé un bon score dans cet indice couvrant l’année 2018. Ainsi le Maroc se positionne au 73ème rang gagnant 8 places dans ce classement qui cible 180 pays. De par cette performance, le Maroc occupe au même titre que la Tunisie le premier rang au Maghreb. Le Royaume est par ailleurs sixième dans le monde arabe et neuvième en Afrique.

– La 24ème Conférence régionale africaine d’Interpol se tiendra, du 5 au 7 février à Kigali, au Rwanda, avec la participation de hauts responsables de police des pays africains membres d’Interpol, dont le Maroc, a annoncé l’organisation internationale. Plusieurs questions et problèmes à caractère sécuritaire seront débattus au cours de ces assises, notamment le terrorisme, la traite des êtres humains et la criminalité environnementale, indique l’Interpol. Fondée en 1962, la Conférence régionale africaine d’Interpol se tient tous les deux ans pour évaluer l’état de la coopération policière et la lutte contre la criminalité.

*L’Economiste.:

– Il est impératif que le Royaume change de modèle de croissance pour un développement économique et social plus inclusif et équitable, a souligné, dans un entretien, Emmanuel Pinto Moreira. Ce nouveau modèle de croissance doit promouvoir la transition des activités intensives en main d’œuvre vers des activités d’innovation intensives en capital technologique, l’augmentation des investissements publics dans les infrastructures avancées, une amélioration de la qualité de l’éducation et celle de la productivité et de la valeur ajoutée dans des secteurs clés tels que l’agriculture. Par ailleurs, ce nouveau modèle devrait contenir des mesures et politiques spécifiques qui permettent de promouvoir la participation des femmes au marché du travail et réduire les inégalités de genre.

– Dans son « Rapport 2017-2018 sut l’état de l’édition et du livre au Maroc », la Fondation Al-Saoud vient de livrer un diagnostic peu reluisant. Plus de 4.000 livres et revues publiés en 2017-2018. Ce qui est peu pour un pays de 34 millions d’habitants. Et plus navrant dans une société où ce bien culturel demeure bon marché. La langue arabe domine dans les publications annuelles et la question linguistique suscite encore des tensions sociales. Autre observation à retenir, le format papier maintient son emprise sur le secteur malgré une édition numérique en plein envol. Le livre marocain coûte le quart du prix pratiqué en France, un bien accessible même si les ménages achètent moins d’un livre par an, regrette le Pr d’anthropologie, Mohamed Saghir Janjar qui a dirigé le rapport.

*Libération. :

– Le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, a tenu une réunion avec les présidents des groupes et du Groupement parlementaires lundi 28 janvier. A l’ordre du jour: la séance plénière mensuelle des questions de politique générale et le programme d’action législative de la Chambre. Concernant cette séance plénière, le débat a porté sur plusieurs sujets se rapportant à la politique générale ayant trait à la vie quotidienne des citoyens aussi bien sur le plan socio-économique qu’au niveau de la politique de proximité des différents services administratifs.

– Les lauréats de la deuxième promotion du Centre d’excellence en technologies de l’information (CEIT), mis en place en partenariat entre le Maroc et l’Inde, ont reçu, leurs certificats au cours d’une cérémonie tenue à Casablanca. Le Centre d’excellence a vu le jour en vertu d’un accord de coopération entre le ministère marocain de l’Industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique et le ministère indien des Affaires étrangères, dans le but de développer le secteur des technologies de l’information dans le Royaume. Dans une déclaration à la presse, Derham a mis l’accent sur l’intérêt particulier qu’accorde les étudiants marocains à la formation dans le domaine des technologies et de l’informatique, soulignant que ce centre offre une formation de pointe pour accompagner les métiers de demain.

*Al Bayane.:

– Le secteur privé est un partenaire indispensable afin de remettre le Maghreb en route, a affirmé le président de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), Salaheddine Mezouar. « Le Maghreb présente toutes les véritables caractéristiques d’un marché régional de consommation. C’est aussi un réservoir de compétences jeunes et bien formées et c’est enfin un espace économique où les entrepreneurs, ceux de la nouvelle génération, n’hésitent plus à faire fi des barrières politiques pour investir chez leurs voisins », a déclaré Mezouar, qui a conduit une délégation au Forum des hommes d’affaires du Maghreb. le président de la CGEM regrette que le commerce intra-maghrébin représente moins de 3 pour cent des échanges extérieurs des 5 pays du Maghreb, alors qu’à titre de comparaison, ce taux est de 60 pour cent pour les pays de l’UE.

– Le gouvernement du Venezuela, conduit par le président par intérim Juan Guaido, œuvrera à rétablir les relations diplomatiques avec le Maroc, suspendues sous le régime de Nicolas Maduro, a assuré Manuel Avendano, conseiller en affaires étrangères de l’Assemblée nationale vénézuélienne (Parlement), unique organe contrôlé par l’opposition. « Nous souhaitons rétablir nos relations avec le Royaume du Maroc », a indiqué Avendano, précisant que le souhait de « rétablir et d’approfondir » les relations entre Caracas et Rabat est mû par les dénominateurs communs et les échanges culturels et économiques qu’entretenaient les deux pays par le passé. « La position du régime de Nicolas Maduro concernant le Royaume du Maroc n’a pas été bénéfique pour les deux pays. Il y a eu des actions et une rhétorique qui ont éloigné les deux pays », a constaté cet expert.

*L’Opinion.:

– L’Assistance technique de l’Union européenne prévoit d’accompagner, dans les mois qui viennent, les actions de la Commission nationale de protection des données à caractère personnel (CNDP) pour la sensibilisation du public à l’importance de la protection des données à caractère personnel, a affirmé Alessio Cappellani, ministre-conseiller, chef adjoint de la délégation de l’Union européenne au Maroc. Cappellani, qui s’exprimait lors d’une rencontre de célébration de la journée internationale du Data Privacy Day (DP-Day), a indiqué que l’UE a mis à disposition de la CNDP, dans le cadre de son appui bilatéral, une assistance technique qui a réalisé une étude d’écart entre la loi 09-08 sur la protection des données à caractère personnel et le Règlement général de protection des données européen entré en vigueur en mai 2018.

– Un mémorandum d’entente a été signé entre le Conseil de la concurrence et la Commission nationale des marchés et de la concurrence (CNMC) d’Espagne, dans le but de promouvoir la coopération bilatérale dans les domaines de la politique et du droit de la concurrence. Signé par les présidents des deux institutions, respectivement Driss Guerraoui et José Maria Marin Quemada, en présence de l’ambassadeur du Maroc en Espagne, Karima Benyaich, ce mémorandum prend appui sur la qualité des relations de partenariat et d’amitié entre les deux Royaumes. Le mémorandum vise à développer les échanges en matière d’ingénierie de la réglementation et de jurisprudence dans les domaines des politiques et du droit de la concurrence, des bonnes pratiques relatives aux méthodes d’instruction et d’enquête, ainsi que des procédures de réalisation des études sectorielles.

*Al Massae. :

– Le ministre de la Santé, Anas Doukkali, a fait savoir que le traitement préventif du virus de la grippe doit être une question ordinaire pour les marocains. Il a souligné que le sujet de la grippe, qui est une pathologie normale existant au Maroc et partout dans le monde, ne doit pas être surdimensionné. Il a ajouté que son département veille à renforcer le contrôle clinique et épidémiologique des symptômes de la grippe et des inflammations respiratoires au niveau de plusieurs centres de santé et des hôpitaux publics (Rabat, Fès, Marrakech, Meknès, Beni Mellal, Oujda et Agadir).

– Le ministre de l’Aménagement du Territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville, Abdelahad Fassi Fihri, a fait savoir que les habitats insalubres se sont multipliés en dépit de la consécration par l’Etat de plus de 32 milliards de DH, dont le tiers sous forme d’une subvention directe et le reste via les contributions aux bénéficiaires et les opérations commerciales du groupe Al Omrane. Dans un entretien au journal, le ministre a souligné que le gouvernement œuvre avec les promoteurs pour assurer un habitat de la classe moyenne, eu égard aux importantes potentialités au niveau du monde rural, la mobilisation du foncier public et les facilité au niveau d’urbanisme.

*Al Ahdath Al Maghribia.:

– La Secrétaire d’Etat chargée du développement durable, Nezha El Ouafi a insisté à Rome sur l’impératif d’inscrire le défi climatique dans l’agenda de l’action internationale commune, tout en appelant à œuvrer pour transformer ce défi en opportunité de développement. Intervenant lors d’une table ronde organisée à l’occasion de l’inauguration du Centre Africain pour le Climat et le Développement Durable, dans la capitale italienne, El Ouafi a souligné que la transformation du défi climatique en opportunité de développement requiert particulièrement la consolidation du partenariat mondial dans le domaine du changement climatique entre l’Afrique et les pays du G7. Elle a mis l’accent, dans ce sens, sur la nécessité de mettre en œuvre les décisions de la COP24 notamment en ce qui concerne l’accompagnement des pays africains dans leurs engagements au sujet de la lutte contre les changements climatiques et le soutien des partenaires et des donateurs aux pays africains.

– Les sessions du dialogue sectoriel, qui ont réuni le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Benchaaboun, et le bureau national du syndicat national des finances affilié à la CDT, portant sur plusieurs cahiers revendicatifs, ont constitué un signal fort et positif pour couper avec le passé et la politique qui a mené au gel du dialogue sectoriel. Ces sessions sont considérées également comme un pas du ministre pour aller vers la construction d’une véritable relation de partenariat avec les parties sociales du ministère dans la perspective de l’institutionnalisation du dialogue social.

*Al Alam. :

– La situation provisoire des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 37,7 milliards de dirhams (MMDH) en 2018, contre 35,7 MMDH un an auparavant, selon la Trésorerie Générale du Royaume (TGR). Ce déficit tient compte d’un solde négatif de 17 MMDH dégagé par les comptes spéciaux du Trésor (CST) et les services de l’État gérés de manière autonome (SEGMA), précise la TGR dans son bulletin mensuel de statistiques des finances publiques de décembre 2018.

– L’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS) a dévoilé le niveau de production réalisée par les secteur des assurances sur la période entre janvier et septembre de l’année 2018. Ces chiffres ont été présentés en fonction des branches d’activité des assurances, leur qualité et leur répartition régionale. Ainsi, la Région de Casablanca-Settat s’est accaparée 71,1% du total des primes d’assurances émises au Maroc qui ont atteint 22 milliards de DH.

*Al Ittihad Al Ichtiraki. :

– L’Ambassadeur, Représentant Permanent du Maroc auprès de l’ONU, Omar Hilale, a souligné devant le Conseil de sécurité l’impératif de traiter les impacts négatifs des changements climatiques, non seulement en raison de leurs conséquences directes sur la sécurité humaine, mais également parce qu’ils représentent une menace pour la paix et la sécurité internationales. Hilale, qui intervenait dans le cadre d’un débat public organisé par le Conseil de sécurité sur « l’impact des catastrophes liées au climat sur la paix et la sécurité internationales », a relevé que dans de nombreuses régions, les changements climatiques détériorent des systèmes critiques tels que la sécurité de l’eau, la sécurité alimentaire et la santé, et contribuent au déplacement de populations. Les catastrophes liées au climat, a-t-il fait observer, impactent également les conflits et entravent le développement économique et social, en particulier dans les pays qui sont fortement tributaires de certains domaines, tels que l’agriculture ou le tourisme.

– Le règlement des frais de pèlerinage au titre de la saison 1440 de l’Hégire se fera du 18 février au 1er mars en un seul versement, aussi bien pour le circuit officiel que pour les agences de voyages et ce, auprès des bureaux d’Al-Barid Bank dans les différentes préfectures et provinces du Royaume, a annoncé mardi la Commission Royale en charge du pèlerinage. Lors d’une réunion présidée par le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, la Commission a fixé les frais de l’opération officielle du pèlerinage à 49.906 DH, argent de poche non inclus (15.000 DH) pour le circuit du ministère au titre de la saison 1440.

Akhbar Al Yaoum. :

– La Direction générale des impôts (DGI) examine la liste des « dépenses personnelles ». Selon une nouvelle circulaire publiée par la DGI le 25 janvier, cette dernière prévoit de réexaminer une nouvelle liste de dépenses personnelles concernant notamment les taxes sur les bijoux, la fourrure, les vêtements de luxe, les animaux domestiques, les coûts des logements principaux, les coûts d’utilisation et de maintenance des véhicules, bateaux et avions privés, l’achat de véhicules et de biens immobiliers, les dépenses de personnel et les vacances.

– Les laboratoires Sothema, producteur industriel pharmaceutique, ont lancé à Bouskoura (banlieue de Casablanca), la première unité de production de médicaments anticancéreux issus de la biotechnologie en Afrique. L’inauguration officielle de cette unité s’est déroulée en présence du ministre de la Santé, Anas Doukkali, et de son homologue de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie Numérique, Moulay Hafid Elalamy. En lançant la production des anticancéreux dans sa nouvelle usine de Bouskoura, les laboratoires Sothema « participent à apporter au royaume son autonomie et sa sécurité sanitaire et, in fine, aux patients marocains et africains un traitement de qualité innovant et surtout accessible », explique l’entreprise dans un document distribué à la presse.

*Bayane Al Yaoum. :

– L’Assistance technique de l’Union européenne prévoit d’accompagner, dans les mois qui viennent, les actions de la Commission nationale de protection des données à caractère personnel (CNDP) pour la sensibilisation du public à l’importance de la protection des données à caractère personnel, a affirmé Alessio Cappellani, ministre-conseiller, chef adjoint de la délégation de l’Union européenne au Maroc. Cappellani, qui s’exprimait lors d’une rencontre de célébration de la journée internationale du Data Privacy Day (DP-Day), a indiqué que l’UE a mis à disposition de la CNDP, dans le cadre de son appui bilatéral, une assistance technique qui a réalisé une étude d’écart entre la loi 09-08 sur la protection des données à caractère personnel et le Règlement général de protection des données européen entré en vigueur en mai 2018.

– La commission des affaires arabes à la chambre des représentants en Egypte a salué la renaissance industrielle que connait le Maroc sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI. Dans un communiqué à l’issue d’une réunion consacrée aux perspectives des relations entre l’Egypte et le Maroc, la commission a souligné qu’à la lumière de la croissance industrielle au niveau mondial, elle se félicite de la renaissance industrielle que connait le Maroc grâce à la politique menée par SM le Roi en faveur de la promotion du secteur industriel.

*Rissalat Al Oumma. :

– Le secrétaire d’État chargé des Investissements, Othman El Ferdaous, a annoncé le lancement imminent de « la nouvelle charte de l’investissement », soulignant que ce projet avait atteint son stade de maturité. En réponse à une question orale à la Chambre des représentants, El Ferdaous a relevé que la nouvelle charte de l’investissement est un « projet structurant » conforme au nouveau modèle de développement préconisé par Sa Majesté le Roi, précisant qu’il vise à assurer une « justice spatiale » dans la répartition des investissements et créer plus d’emplois.

– Le port Tanger-Med a conforté sa position de première plate-forme pour l’import et l’export au Maroc avec le traitement de produits d’une valeur globale de 317 milliards de dirhams (MMDH) en 2018, a annoncé l’autorité portuaire Tanger-Med. Elle a précisé, dans un communiqué, que 139 MMDH de produits ont été exportés par le port Tanger-Med, soit 50,6 % de l’ensemble des exportations marocaines, confirmant ainsi « sa position comme premier port d’export au service de la compétitivité de l’économie marocaine ». Le tonnage global manutentionné pour l’année échue est de 52 240 806 tonnes, en évolution de 2% par rapport à l’année 2017, a détaillé l’autorité, ajoutant que les deux terminaux du port Tanger-Med 1 en 2018 est de 3.472.451 EVP, soit une croissance de 5% par rapport à l’année précédente.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.