A l’occasion de la sortie de son dernier livre, le spécialiste de l’islam livre sa vision du chaos moyen-oriental, de l’affaire Khashoggi, du radicalisme en Europe. Souvent attaqué, il lève le voile sur les raisons de son combat contre «l’idéologie des temps» qui mépriserait la connaissance

A 63 ans et plus de 40 ans de carrière, le politologue et spécialiste de l’islam Gilles Kepel n’a toujours pas peur des mots. Malgré des attaques féroces de ses détracteurs, qui l’accusent d’être obsédé par le djihadisme et, partant, de faire le lit de la fracture sociale française; malgré une sentence de mort prononcée à son endroit l’année dernière par des fanatiques de Daech.

Après avoir commis plusieurs ouvrages sur les banlieues et le djihad français, voilà qu’il revient aux origines de ses recherches avec son dernier livre, Sortir du chaos: les crises en Méditerranée et au Moyen-Orient. Un livre dense et éclairant, qui mène aux racines du djihadisme et explique comment le terrorisme, la régression salafiste et l’autoritarisme sont autant de conséquences paradoxales des Printemps arabes. Un livre qui évoque peu les pistes de sortie de crise, mais dont l’ambition est de fournir la compréhension nécessaire pour y parvenir.

Lire plus…

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.