La pension exceptionnelle de retraite accordée à l’ancien chef du gouvernement et ex-secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelillah Benkirane, alimente de nouveau la polémique sur la retraite des ministres et des personnalités publiques, les uns la considérant comme nécessaire pour préserver la dignité des anciens responsables et les autres comme une rente et un moyen par lequel le pouvoir apprivoise les élites.

Benkirane, qui avait affirmé par le passé que « la rente était un moyen de gouverner », a révélé qu’il a bénéficié d’une pension exceptionnelle de retraite sur décision royale sans toutefois en dévoiler le montant.

Selon Akhbar Alyaoum, le montant de la pension exceptionnelle accordée à Benkirane s’élève à 7 millions de centimes mensuellement, soit le même montant que le roi a accordé aux autres anciens premiers ministres, notamment Abderrahmane El Yousfi et Abbas El Fassi alors que Driss Jettou a, quant à lui, bénéficié d’un terrain à Marrakech.

Benkirane, a rappelé le journal, avait déclaré après son renvoi du gouvernement qu’il vivait d’une indemnité de fin de mission et qu’il n’a pas demandé la pension de retraite accordée aux anciens ministres avant de surprendre l’opinion publique, il y a quelques jours, en révélant qu’il bénéficie de ladite pension sans en révéler le montant.

Il a ajouté qu’il a obtenu cette pension alors qu’il en avait réellement besoin en ce sens qu’il ne dispose d’aucune autre ressource, exprimant ses remerciements à celui qui en a pris l’initiative.

En plus de cette pension, le journal rappelle que le roi Mohammed VI avait offert à Benkirane une Mercedes et que son domicile au quartier les orangers à Rabat est toujours sécurisé par des policiers et des éléments des forces auxiliaires.

+ Une rente et un moyen d’apprivoiser les hommes politiques +

Une source au ministère des finances a indiqué à Akhbar Alyaoum qu’il y a une différence entre la pension de retraite des ministres et la pension exceptionnelle dont la décision de son octroi relève du roi, ajoutant que le montant de cette dernière est approuvée chaque année par le parlement en votant la loi de finances.

La même source a précisé que c’est le roi qui définit le montant qui doit être accordé aux personnalités politiques, sportives ou leurs veuves ou orphelins, ajoutant que la pension exceptionnelle est accordée à ces personnalités vus les services qu’elles ont rendus à l’Etat et existe dans tous les pays.

Parmi les personnalités ayant bénéficié de pensions exceptionnelles sur décision royale, il y a des artistes comme les membres du groupe Nass El Ghiwane, des sportifs et des veuves de personnalités comme les épouses de l’ancien secrétaire général du gouvernement Abdessadeq Rabii et du ministre d’Etat Abdellah Baha, ainsi que des chefs de partis politiques tels que Mahjoubi Aherdane et des anciens ministres dont Mohamed Benaissa en plus d’ex-responsables militaires et sécuritaires.

Pour ce qui est de la pension de retraite (ordinaire) des ministres, la même source a fait savoir qu’elle est accordée à ceux qui en formulent la demande et est plafonnée à 39.000 dh en tenant compte des autres revenus de l’ancien ministre.

Autre pension de retraite alimentant la polémique, celle des parlementaires qu’une grande partie de l’opinion publique considère comme étant une rente et un moyen d’apprivoiser les hommes politiques.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.