FILE PHOTO: Carlos Ghosn, chairman and CEO of the Renault-Nissan-Mitsubishi Alliance, attends the Tomorrow In Motion event on the eve of press day at the Paris Auto Show, in Paris, France, October 1, 2018. REUTERS/Regis Duvignau/File Photo

Des représentants du gouvernement français sont attendus mercredi à Tokyo pour une série de rencontres avec les différents protagonistes du dossier Renault-Nissan, en vue de préparer l’après-Carlos Ghosn, a indiqué le ministère français de l’économie.

Il s’agit d’un « déplacement prévu depuis plusieurs jours, dans la continuité des contacts que le Ministre et les équipes de Bercy ont eus depuis plusieurs semaines » avec les parties japonaises, indique un communiqué du cabinet du ministère.

« Nous avons toujours dit que nous suivions la situation au quotidien au plus haut niveau. L’État assume totalement son rôle comme actionnaire de référence » de Renault, précise le communiqué.

L’État est en effet le premier actionnaire du groupe au losange, avec 15,01% du capital. Nissan en détient 15%, mais sans droits de vote en assemblée générale.

Par le jeu des participations croisées, Renault contrôle pour sa part 43% de Nissan, qu’il a sauvé de la faillite il y a près de 20 ans.

Carlos Ghosn, mis en examen notamment pour abus de confiance, a vu sa demande de libération sous caution de nouveau rejetée mardi et pourrait rester des mois en prison, ce qui rendrait difficile son maintien à la tête de Renault, dont il est toujours PDG.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.