Éclairage – La cellule terroriste démantelée au Maroc, suite à l’assassinat en décembre dernier de deux touristes scandinaves, formait « une grande structure partisane » affiliée à l’organisation terroriste Daech.

Les membres de cette cellule terroriste avait l’intention de commettre des attentats contre une église à Marrakech, un moussem juif et le Festival Gnaoua à Essaouira, a rapporté l’agence EFE, dans une interview avec le patron du Bureau Central d’Investigation Judiciaire (BCIJ), Abdelhak Khiam.

Le BCIJ a arrêté 22 personnes à la suite du crime odieux perpétré le 17 décembre 2018 dans les montagnes du Toubkal, dans le Haut Atlas, à l’encontre de deux jeunes randonneuses scandinaves.

Khiam est convaincu que le groupe des 22 détenus n’avaient « aucune relation avec des éléments opérationnels » de Daech et que l’unique lien que ces extrémistes marocains avaient avec L’État islamique était précisément l’Hispano-Suisse Kevin Z.G. Ce dernier était en contact avec un ami au Kosovo, membre d’une cellule du groupe djihadiste « Daech », a rapporté La Vanguardia.

L’enquête, a révélé que Kevin aurait était imprégné de « l’idéologie extrémiste et violente ». Il est en outre « soupçonné d’avoir appris à certains marocains les outils technologiques de communication via les nouvelles applications et de les entrainer au tir des armes à feu », selon la police marocaine.

La cellule aurait pour objectif de commettre des attentats contre l’Église des Saints-Martyrs de Marrakech (l’unique encore active), le Moussem autour de la tombe d’un saint juif à Essaouira; et le Festival Gnaoua de la même ville, qui réunit un grand public européen, souligne la même source.

Les individus avait également l’intention de perpétrer des attentats « faciles » à l’aide de voitures-bélier à Marrakech, à Agadir et à Essaouira, selon le BCIJ.

+ Parfaitement dans la stratégie de Daech +

Khiam estime que cette logique entre « parfaitement dans la stratégie de l’État islamique ». Après voir perdu 90% de son territoire, elle a appelé ses partisans à perpétrer des attentats « là où ils peuvent et avec les moyens du bord ».

Le plus âgé des membres de la cellule est un imam extrémiste qui officiait la prière dans une « une mosquée anarchique » selon le directeur du BCIJ, dans un village à la périphérie de la ville ocre. L’imam avait dans le passé eu « des malentendus » avec les autorités pour refus de suivre les directives du Ministère des Habous et des Affaires Islamiques, a rapporté la même source.

L’Hispano-suisse Kevin avait fait la connaissance de cet imam radical, avec lequel ils ont organisé « plusieurs réunions clandestines » dans lesquelles ils ont développé l’idéologie « Takfiriste », une pratique rigoriste de la religion musulmane, selon la même source.

Il est à rappeler que Kevin s’est converti à l’islam en 2011 à Genève (sa ville natale). En s’appelant désormais « Abdallah », l’Hispano-Suisse qui rêvait d’aller faire le djihad en Syrie, a finalement opté de faire la « Hijra » (émigration islamique) au Maroc pour améliorer ses connaissances de l’Islam.

Un autre élément de l’affaire est le profil de Abdessamad J, l’« émir » de la cellule, présumé assassin des deux touristes et porte parole de la vidéo d’allégeance à Daech. En 2014, il a été arrêté à l’aéroport de Casablanca quand il tentait de rejoindre les rangs de Daech en Syrie. Il purge un an de prison, qui ne l’a pas servi à se modérer, mais à se lier d’amitié avec d’autres djihadistes.

Le quotidien La Vanguardia souligne deux éléments qu’il considère comme « des failles dans le système »: la persistance des « mosquée anarchiques » malgré les opérations de contrôle depuis 2002, et la présence dans les prisons des groupes djihadistes immunisés contre les politiques de rééducation entreprises par l’Etat.

Mais le patron du BCIJ considère que la faille la plus dangereuse est le nouveau terrorisme que propage l’EI, ce n’est pas dans les mosquées qu’il se développe, mais sur internet.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.