A 92-year-old man is helped by a care worker on his bed in a hospital ward at the Tokushima prison in Tokushima, Japan, March 2, 2018. Picture taken March 2, 2018. REUTERS/Toru Hanai - RC17703BAB90

Pour pallier pauvreté et solitude, des hommes et femmes de plus de 65 ans cherchent activement à aller derrière les barreaux.

LETTRE DE TOKYO

Il se chauffait au soleil d’hiver dans ce petit parc désert du quartier à la population aux revenus modestes d’Arakawa, au nord de Tokyo. Agé, emmitouflé dans une parka qui avait connu des jours meilleurs, un bonnet sur le crâne, il portait une barbichette clairsemée. Echange de sourires. La conversation s’engage sur l’hiver ensoleillé japonais, la vie d’autrefois, la pension insuffisante, la solitude des personnes âgées… « Demain j’irai à la prison voir un ami, ce n’est pas un criminel, il a mon âge [78 ans] et il a été arrêté pour un vol à l’étalage dans une supérette. Il voulait se faire arrêter. En prison, il a chaud, il est nourri et s’il est malade, on s’occupe de lui… Comme il est récidiviste, il en a pris pour deux ans… Un jour il faudra peut-être que je fasse comme lui. »

Le Japon a le plus faible taux de criminalité du monde et une population carcérale relativement peu nombreuse par rapport à d’autres démocraties avancées. Mais celle-ci vieillit vite. Reflet de l’évolution démographique de l’archipel ? Pas seulement.

Lire plus sur Le Monde

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.