Le procureur général de la cour d’appel de Marrakech a adressé lundi une convocation au travesti qui a été interpellé par la police à la suite d’un accident de la circulation le soir du réveillon et dont des photos et des vidéos ont circulé sur les réseaux sociaux.

Le travesti a été convoqué pour être auditionné mardi par le procureur à la suite d’une plainte déposée par le Centre national des droits de l’homme concernant la divulgation du secret de l’enquête judiciaire et le traitement humiliant dont a fait l’objet cette personne.

Le site Hespress a rapporté que le président dudit centre, Mohamed El Madimi, a rencontré lundi le procureur général de la cour d’appel de Marrakech, rencontre au cours de laquelle il a été question du traitement humiliant infligé au travesti, de son agression physique et de la divulgation du secret de l’enquête judiciaire ainsi que des vidéos et photos de sa personne et de ses documents et leur partage sur les réseaux sociaux.

« Nous avons désigné un avocat pour défendre l’homosexuel contre les éléments de la police, et nous serons présents demain mardi pour le soutenir. Il pourrait être entendu par le procureur général de la Cour d’appel de Marrakech sur ce qu’il a subi, sur la partie qui l’a filmé alors qu’il était menotté, fait circuler la vidéo, violé sa vie privée et mis en danger la vie d’un citoyen », a déclaré à Hespress El Madimi.

Récemment, la victime avait indiqué à Hespress qu’elle préparait ses papiers pour demander l’asile à cause du harcèlement dont il fait l’objet, ajoutant qu’un élément de la police avait brisé la vitre de sa voiture à l’aide de son gourdin avant que les autres policiers ne le pourchassent et le tabassent au moment où des passants ont commencé à le filmer devant les policiers sans qu’ils n’interviennent pour les en empêcher.

Pour sa part, le Directeur général de la sûreté nationale, Abdellatif Hammouchi, a décidé des sanctions disciplinaires allant de la suspension provisoire de travail au blâme ou encore l’avertissement à l’encontre de quatre responsables de la préfecture de police de Marrakech pour manquements aux obligations professionnelles et pour ne pas avoir pris les mesures préventives nécessaires à la préservation des données personnelles d’un individu qui faisait l’objet d’une enquête préliminaire sur un accident de la circulation.

Il s’agit d’un commissaire de police divisionnaire, d’un commissaire principal, d’un officier de paix principal et d’un officier de paix, a indiqué dimanche un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), précisant que ces sanctions disciplinaires interviennent suite à l’enquête administrative diligentée par l’Inspection générale sur instructions du Directeur général de la Sûreté nationale.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.