Au XVIème siècle, on disait « estre à pied de mur », puis « se trouver au pied du mur sans échelle », ce qui montre bien l’impossibilité de se sortir d’une situation contraignante. Et c’est apparement le cas actuellement du secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), Hakim Benchamach à cause de la grave crise que traverse ce « groupe d’opposition » avec sa centaine de députés.

Benchamach, a déclaré devant ses pairs qu’il avait accepté en mai 2018 de se porter candidat au poste de secrétaire général dans l’intention de sauver le parti du tracteur qui n’était pas dans une situation convenable.

“Beaucoup parmi vous savent que lorsque nous avons commencé à chercher un candidat au poste de secrétaire général (du PAM), je n’avais pas l’intention de me présenter pour prendre cette responsabilité”, a tenu à rappeler M. Benchamach lors de la réunion conjointe, samedi à Rabat, du bureau politique et du bureau fédéral du PAM.

Et d’ajouter: « J’ai annoncé ma candidature, non pas avec la mentalité de celui qui cherche une position ou pour la simple envie d’occuper un poste au sens maladif du terme comme c’est courant dans notre culture partisane au Maroc » .

Ces dernières semaines, Benchamach a fait l’objet d’une véritable campagne médiatique de dénigrement de la part de ses adversaires au sein du parti. Certains sont allé plus loin en lui reprochant « l’impasse » dans laquelle se trouve le PAM depuis des mois déjà. De son point de vue, le parti se trouvait déjà en crise quand il a pris les commandes à la place d’Ilyas El Omari.

“Non. peut-être que certains parmi vous diront que ce secrétaire général exagère, mais croyez-moi, je vous le jure et c’est la vérité. J’ai accepté de me présenter à cette responsabilité avec comme mission à ce qui ressemble à une mission de sauvegarde. Car, le parti n’était pas dans une situation convenable”, a-t-il encore martelé soulignant, toutefois, qu’il ne se faisait pas d’illusion au moment de sa candidature au secrétariat général du parti.

In fine, Benchamach reconnaît que le parti du tracteur a de « nombreux problèmes… »

“Je ne me faisais pas d’illusion. Je savais, comprenais et étais conscient que j’allais prendre une responsabilité très lourde et très grande, non seulement parce que c’est un grand parti, la 2ème force politique dans le pays, et que ses problèmes sont nombreux, mais aussi parce que le contexte dans notre pays n’aide pas à prendre une telle responsabilité. Mais il fallait que quelqu’un prenne la responsabilité et c’est pourquoi beaucoup parmi vous m’ont convaincu de présenter ma candidature” au poste de secrétaire général, a dit M. Benchamach.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.