Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce lundi:

*L’Economiste.:

– Suite à une première manifestation, les commerçants de la capitale économique menacent de déclencher une grève générale les 12 et 13 janvier. A l’origine de la grogne des commerçants, soutenus par les transporteurs, l’entrée en vigueur de certaines dispositions de la loi de finances 2018 et la multiplication des contrôles douaniers sur l’origine des marchandises. La première mesure concerne l’obligation de délivrer des factures numérotées, outre les mesures fiscales, les commerçants « dénoncent » la multiplication des contrôles de la douane dont les prérogatives ont été renforcées. Le cœur du problème n’est pas tant l’acquisition d’un logiciel et d’un équipement informatique, mais l’incapacité de la majorité des commerçants qui n’ont pas suivi de formation à utiliser les nouvelles technologies.

– A partir du 1er janvier 2020, les compagnies de transport maritime et aérien devront réduire leurs émissions de gaz à effet de serre en utilisant des carburants propres. L’organisation maritime internationale (OMI) et l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) ont décidée de réguler cette question négligée par les grandes rencontres en matière de protection de l’environnement. Le principe consiste à contrôler progressivement la pollution atmosphérique due aux rejets d’oxyde de soufre. Ainsi, la teneur du duel des navires devra être ramenée à 0,5% de soufre au lieu de 3,5% actuellement, tandis que les transporteurs aériens devront stabiliser leurs émissions de CO2 à partir de 2020. L’OACI a prévu un dispositif mondial de compensation par l’achat de crédits carbone.

*Le Matin. :

– Le chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, a déclaré 2019 année de l’accélération de l’action gouvernementale vers «la mise en application efficiente des cinq chantiers structurels de réforme. Il s’agit de la mise en œuvre de la charte de décentralisation, de la réforme des Centres régionaux d’investissement (CRI), de la déclinaison du plan national en matière de démocratie et des droits de l’Homme, et de la réforme de l’école. Le cinquième chantier porte quant à lui sur le développement du système de la protection sociale».

– Le référentiel technique d’homologation des véhicules au Maroc devra s’aligner sur les normes de Genève dès que le pays aura finalisé les négociations pour son adhésion au Forum mondial de l’harmonisation des règlements sur les véhicules. Cette adhésion ouvrira le marché marocain à de nouveaux constructeurs et enseignes et permettra à ces derniers de cibler, depuis le Maroc, de nouveaux marchés. Un chantier mené par le Centre national d’essai et d’homologation qui s’ouvre pour la première fois à la presse.

*Aujourd’hui Le Maroc.:

– Le gouvernement vient d’adresser une invitation aux dirigeants des centrales syndicales les plus représentatives pour une réunion ce mardi 8 janvier. Le gouvernement semble vouloir donner un coup d’accélérateur au dialogue social qui est au point mort depuis un bout de temps. Le ministre d’Intérieur va s’impliquer davantage dans ce nouveau round, dont l’ordre de jour officiel n’a pas été dévoilé. Des sources syndicales affirment qu’ils vont remettre sur la table les mêmes revendications concernant la hausse des salaires et l’amélioration des revenus. L’espoir est ainsi grand de voir la réunion de ce mardi déboucher sur un déblocage de la situation et éviter de rendre ainsi le climat social moins tendu.

– Le ministère de la santé et les 12 directions régionales ont conclu des contrats programmes dans le cadre de la mise en œuvre du « Plan Santé 2025 ». L’objectif de ces contrats est d’instituer un instrument de pilotage et d’évaluation de la performance entre l’administration centrale et les directions régionales de la santé, dans le but d’améliorer la gestion et la qualité des prestations au niveau régional. Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la déconcentration des missions du ministère de la Santé. La même source a fait savoir que la région sanitaire s’engage à atteindre les objectifs du plan d’action 2019-2021, en mobilisant les équipes régionales, provinciales et locales et à mettre à disposition des leviers et outils de la région sanitaire.

*Libération. :

q Près de 30.000 retraités français migrent vers le Maroc en hiver… et reviennent en France au printemps. Ils descendent chaque année en camping-car vers le soleil marocain, dès que le froid s’abat sur l’Hexagone. Selon l’enquête Palmarès annuel des paradis de retraite à l’étranger pour l’année 2018, publiée par le site français Retraite sans Frontières, le Maroc est le troisième pays derrière le Portugal et la Thaïlande où les retraités français préfèrent s’installer. Leur nombre était estimé à 50.000 en 2018.

– Une historie sans fin. C’est l’impression donnée par l’idylle qui unit l’économie marocaine et les sacs en plastique, toujours disponibles sur le marché, dans n’importe quelle échoppe de quartier. Vous l’aurez compris, près de 30 mois après l’entrée en vigueur de la loi sur les sacs plastique, le bilan n’incite guère à l’optimisme. L’objectif zéro mica est encore loin d’être atteint, et ce, en dépit d’uni fond de soutien de 200 millions des dirhams alloués il y a trois ans, à la conversion des activités des entreprise et à la fabrication de produits alternatif pour remplacer les sacs plastique, dont en majorité des sachets en papier et d’autre en tissu, ainsi qu’une flopée de projets inscrits au programme des soutien à l’investissement de croissance.

*Al Bayane.:

– L’envoyé personnel du secrétaire général de l’Onu sur le Sahara, Horst Koehler, est attendu le 29 janvier à New York pour un briefing des membres de l’instance onusienne sur les derniers développements concernant ce dossier. Il s’agira assurément des conclusions de la dernière table ronde tenue à Genève les 5 et 6 décembre sous la supervision du secrétaire général des nations unies, ayant réuni le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le Polisario, dont les conclusions ont été saluées par l’ONU, ce qui porte à croire que la voie se balise à l’initiative d’autonomie sous souveraineté marocaine. Cette réunion, devenue trimestrielle depuis avril 2018 examinera le processus politique et la mission de la Minurso. – Mohamed Nabil Benabdallah, secrétaire général du PPS, a émis le vœu que 2019 soit l’année de tous les espoirs pour insuffler un souffle démocratique nouveau à la vie politique et faire oublier l’année 2018 avec ses difficultés. L’espoir est grand pour que 2019 soit l’année des grands chantiers de réforme, de la mobilisation, de la restauration et de la confiance dans les institutions pour permettre à tous de revivre tous les grands moments d’enthousiasme, d’espoir et d’union que les marocains avaient connus au début du nouveau règne de SM le Roi Mohammed VI. C’est à travers un souffle démocratique nouveau qu’il sera possible de créer des richesses en quantités suffisantes qu’il faudra répartir d’une manière équitable, a-t-il souligné. L’occasion est aussi propice pour que l’action menée dans le cadre de l’élaboration du nouveau modèle de développement soit mise à profit pour insuffler un souffle démocratique nouveau à l’image de ce que le pays avait connu en 2011.

*L’Opinion.:

– La Direction Générale des Impôts (DGI) vient de publier le Code Général des Impôts (CGI) 2019 actualisant l’édition de 2018, à travers l’introduction des modifications prévues par la loi de finances 2019. Constituée de 3 livres, l’édition 2019 du CGI tient également compte des dispositions qui régissent la taxe sur les contrats d’assurances (TCA) dans son livre III, peut-on lire dans le préambule de ce document. Le livre premier de ce Code regroupe les règles d’assiette, de recouvrement et des sanctions en matière d’IS, d’IR, de TVA et de droit d’enregistrement, alors que le livre II se rapporte aux procédures fiscales et regroupe les règles de contrôle et de contentieux desdits impôts, fait savoir la DGI.

– Le secteur agricole marocain a réalisé un saut qualitatif au cours de la dernière décennie à la faveur du Plan Maroc vert (PMV), qui a inscrit parmi ses objectifs la réalisation d’un changement dans les modes de production, qu’il s’agisse d’une agriculture vivrière qui utilisait des décennies durant des techniques traditionnelles ou encore de l’agriculture moderne qui requiert d’importants investissements financiers et l’usage de techniques et de moyens développés. Les résultats obtenus dans différentes régions du Royaume dénotent le grand impact positif de la mise en œuvre du PMV dans ses deux piliers. Toutefois, l’atteinte de ces résultats éclatants ne relève pas du pur hasard, mais elle est le fruit d’efforts soutenus au niveau de la planification et de la conception de programmes concrets, et de l’implication effective des différents intervenants pour relever ce défi.

*Al Alam. :

– L’Office des changes lance une vaste enquête sur les acquisitions immobilières effectuées illicitement en dehors des frontières par les Marocains ayant une résidence fiscale au Maroc, a indiqué le directeur de l’Office des changes Hassan Boulaknadal. L’acquisition par des personnes qui résident au Maroc de biens immeubles à l’étranger constitue une infraction aux réglementations en vigueur, a-il souligné, faisant remarquer que les contrevenants risquent des amendes qui peuvent atteindre six fois la valeur de l’avoir constitué.

– La Direction générale des impôts (DGI) informe, dans un communiqué, les auto-entrepreneurs que les dispositions de la loi de finances au titre de l’année 2019 ont prévu deux mesures fiscales en leur faveur. Il s’agit premièrement d’une réduction des taux de l’impôt sur le revenu applicables au chiffre d’affaires encaissé par l’auto-entrepreneur. La deuxième mesure concerne la révision à la baisse du minimum du montant des sanctions applicables en cas de défaut ou de retard dans le dépôt de la déclaration du chiffre d’affaires de l’auto-entrepreneur, poursuit la même source.

*Al Ittihad Al Ichtiraki. :

– La croissance de l’économie nationale serait de 2,5% au premier trimestre 2019, au lieu de 3,3% la même période une année auparavant, pâtissant notamment du repli de 0,7% de la valeur ajoutée agricole, sous l’hypothèse du retour de la production des céréales vers son niveau de moyen terme, après deux années de bonnes performances, estime le HCP dans son dernier point de conjoncture trimestrielle.

– La loi de finances 2019 a prévu trois mesures concernant la taxe spéciale annuelle sur les véhicules (TSAV) à compter du 1er janvier 2019, indique la Direction Générale des Impôts (DGI), Ainsi, les véhicules destinés au transport mixte dûment autorisés dont le poids total en charge ou le poids total maximum en charge tracté est inférieur ou égal à 3.000 kilos sont exonérés de la TSAV, rappelle la DGI dans un communiqué.

*Akhbar Alyaoum.:

– Le ministre de l’Industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, et le ministre de l’économie et des finances, Mohamed Benchaaboun, ont émis un arrêté prévoyant le relèvement à 5 ans de la durée des droits antidumping appliqués sur les cahiers originaires de Tunisie, temporaire dans un premier temps. Cette décision est intervenue sur la base de l’avis de la commission de contrôle des importations et les données dévoilées par la comparaison entre le prix d’exportation à partir de la Tunisie et et le prix de vente dans le même pays. Ces droits, variant entre 15 et 27%, visent à protéger les producteurs marocains de la concurrence déloyale.

– Après avoir rejeté l’offre du chef du gouvernement, les syndicats bientôt en réunion avec le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit. La convocation à cette réunion, dont ni l’ordre du jour ni le motif n’ont été communiqués, intervient alors que le dialogue social est au point mort. Selon des sources bien informées, il est fort probable que cette réunion, qui aura lieu au siège du ministère de l’Intérieur, sera consacrée à l’évolution du dialogue social et à la montée en puissance des manifestations communes des syndicats.

*Al Ahdath Al Maghribia :

– Suite à la dernière réunion des bureaux politique et fédéral, le PAM est désormais bicéphale. Concrètement, la direction du PAM vient d’être réorganisée. Ahmed Akhchichine accède ainsi au poste de secrétaire général-adjoint. Les deux clans du parti n’ont pas trouvé de compromis lors de la réunion. Cependant, le parti du tracteur est sur le point de tourner la page, somme toute éphémère, de Hakim Benchamach. Le secrétaire général a en effet été contraint de céder aux pressions du camp adverse.

– La Commission nationale de contrôle de la protection des données à caractère personnel (CNDP) a annoncé le lancement prochain sur internet d’une plateforme dédiée à la protection de la vie privée numérique des enfants et des adolescents au Maroc. Cette annonce a eu lieu lors de la remise du prix à Alaa Hassoun, vainqueur d’un concours pour la conception du logo de cette plateforme. La plateforme a pour objet de sensibiliser les enfants et adolescents aux dangers d’une utilisation, sans recul, des nouvelles technologies et de les prévenir contre les mauvais usages d’Internet et les potentielles addictions induites.

*Al Massae. :

– Des parlementaires s’apprêtent à effectuer une mission d’information dans les établissements pénitentiaires marocains afin de vérifier s’il y a infractions comme le laissent penser des rapports d’ certaines ONG. La mission, constituée par la commission de la justice et de la législation à la Chambre des représentants, rencontrera des responsables et des détenus pour connaitre les conditions de détention d’environ 80.000 individus.

– Un total de 11,3 millions de touristes ont visité le Maroc entre janvier et novembre 2018, en progression de 8,5% par rapport à la même période un an auparavant (+15% pour les touristes étrangers et +2% pour les Marocains résidant à l’étranger), selon l’Observatoire du tourisme. Les principaux marchés émetteurs ont connu une hausse en termes d’arrivées en cette période, en particulier, l’Italie et l’Allemagne (+15% et +10% respectivement), suivis de la France et l’Espagne (+8% et +6% respectivement), précise l’observatoire dans une note sur les statistiques du tourisme au Maroc pour le mois de novembre 2018.

*Bayane Alyaoum. :

– Le ministère de la santé a signé des contrats programmes avec ses 12 directions régionales, et ce dans le cadre de la mise en œuvre du « Plan Santé 2025 ». Ces contrats ont été signés à l’issue de la réunion, présidée par le ministre de la Santé, Anass Doukkali, et consacrée à la présentation des plans d’actions triennaux (2019-2021) des directions centrales et des divisions rattachées au secrétariat général du ministère . L’objectif de ces contrats est d’instituer un instrument de pilotage et d’évaluation de la performance entre l’administration centrale et les directions régionales de la santé, dans le but d’améliorer la gestion et la qualité des prestations au niveau régional.

– Le ministre délégué chargé de la réforme de l’administration et de la fonction publique Mohamed Benabdelkader a affirmé que la gestion électronique des services publics réduirait la corruption, précisant que cette démarche nécessite seulement une volonté politique. Benabdelkader a souligné que la réforme de la fonction publique s’inscrit dans le cadre d’un projet de société qui vise à promouvoir les politiques publiques, moderniser l’administration et servir le citoyen, soulignant la nécessité de consolider les valeurs de probité, de transparence, de neutralité et de bonne gouvernance.

*Rissalat Al Oumma. :

– Le projet de loi sur le service militaire passe à sa dernière phase. La Commission de la justice et de la législation à la Chambre des conseillers compte terminer aujourd’hui lundi l’examen et le vote de ce projet. Ce texte, soumis à l’examen depuis mercredi dernier, fixe l’âge d’appel des assujettis à 19 ans, alors que le service militaire est dû jusqu’à l’âge de 25 ans. Toutefois, les personnes âgées de plus de 25 ans et qui ont bénéficié de l’une des exemptions prévues par la loi peuvent toujours être appelées au service si la raison de leur exemption n’est plus d’actualité et ce, jusqu’à l’âge de 40 ans.

– Selon un rapport qui mesure le cout de la vie dans 117 pays, le coût de la vie au Maroc est plus cher que tous les pays de l’Afrique du Nord et de 93 pays à travers le monde. Il est par ailleurs moins chers que 7 pays africains. Le Maroc est classé neuvième à l’échelon africain et 94 à l’échelle mondiale au niveau du coût de la vie.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.