D’emblée Thierry Frémaux, le délégué général du Festival de Cannes, a prévenu que la sélection qu’il s’apprêtait à présenter n’était complète « qu’à 90 % ». Il manque encore entre deux et quatre films pour compléter les dix-sept longs-métrages qui concourront pour la Palme d’or de cette 68e édition, qui aura lieu du 13 au 24 mai. 

La section Un certain regard, qui fait également partie de la sélection officielle est encore en chantier avec une demie-douzaine de films à venir.

Dans son état actuel, la compétition, présentée jeudi 16 avril au matin par Thierry Frémaux avec le nouveau président du Festival, Pierre Lescure, dans une salle de cinéma des Champs-Elysées, respecte l’équilibre habituel entre les grands noms, qu’ils soient habitués de la sélection ou qu’ils n’y fassent que des apparitions épisodiques, et les nouveaux venus.

 Dans la catégorie des habitués, il y a bien sûr les Italiens Nanni Moretti, Matteo Garrone et Paolo Sorrentino qui ont tous trois présenté leurs derniers films en compétition. Mia Madre, Il Raconto dei racconti (le conte des contes) et Youth formeront le plus important contingent cannois qu’ait connu l’Italie depuis bien longtemps.

Après Un prophète et De rouille et d’os, Jacques Audiard revient en compétition avec Dheepan (titre provisoire) présenté comme une variation contemporaine sur les Lettres persanes, avec, en guise de Persans, des réfugiés tamouls. Le Chinois Jia Zhangke présentera Shan He Gu Ren (les montagnes peuvent nous quitter). Thierry Frémaux a rappelé que le précédent film du cinéaste, Touch of Sin, présenté en compétition en 2013, n’avait jamais pu sortir en Chine. Autre familier de la Croisette, le Japonais Hirokazu Kore-eda, présentera Notre petite sœur.

Les deux cinéastes américains en compétition, Todd Haynes et Gus Van Sant, n’ont pas été en compétition depuis bien longtemps, le premier avec Velvet Goldmine en 1998, le second avec Elephant, Palme d’or 2003. Haynes présentera Carol, histoire d’amour gay avec Cate Blanchette et Rooney Mara. Gus Van Sant a tourné The Sea of Trees au Japon, avec Matthew McConaughey, Ken Watanabe et Naomi Watts. Hou Hsiao-hsien absent depuis presque une décennie revient avec The Assassin, film d’arts martiaux dont la production s’est étendue sur plusieurs années.

Les films français en compétition sont quatre. « Il y aurait pu en avoir sept », a estimé Thierry Frémaux. Outre le long-métrage de Jacques Audiard, on pourra découvrir ceux de Maïwenn, Valérie Donzelli et Stéphane Brizé. Après le succès de Polisse, prix du jury en 2011, Maïwenn présente Mon Roi, histoire d’amour entre Vincent Cassel et Emmanuelle Bercot. Cette dernière, dont La Tête haute, sera finalement projeté en ouverture hors compétition, pourra ainsi concourir pour le prix d’interprétation féminine.

Le monde/ Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.