Des affrontements ont de nouveau éclaté entre des nomades et les populations d’une localité de la commune rurale de Hlala dans la zone montagneuse de Chtouka Aït Baha après que les troupeaux de nomades aient causé des dommages aux champs agricoles, aux arganiers et aux amandiers des locaux et le refus des nomades de quitter les lieux malgré l’intervention des autorités locales et de la gendarmerie.

Les représentants des autorités locales et des éléments de la gendarmerie royale sont intervenus, dimanche, pour mettre fin aux affrontements violents entre les nomades et les populations locales.

Le responsable de la coordination de Sousse Massa de défense des exploitations des populations locales contre le pastoralisme nomade, Adil Adasko, a indiqué au site arabophone Hespress que les populations locales sont dans l’obligation de se défendre en raison de la recrudescence de ce phénomène et des heurts violents avec les nomades qui font de nombreux blessés parmi les habitants, ajoutant que les nomades recourent même à l’enlèvement de jeunes et leur torture.

« Encore une fois, nous constatons l’absence de toute intervention de l’autorité et de la gendarmerie pour aider les propriétaires des terrains concernés, malgré les promesses que nous avons entendus des responsables, notamment du gouverneur de Sousse Massa que nous avons rencontré il y a environ une semaine », a souligné Adasko, selon la même source.

Et d’ajouter : « La population de l’Adrar est aujourd’hui plus que jamais prête à défendre son territoire avec tous les moyens. Nous appelons une nouvelle fois les autorités à lever l’injustice sur les habitants de Sousse, après que les dépassements commis par les nomades soient devenues une réalité quotidienne qui menace la sécurité physique et alimentaire des populations locales ».

Il a également relevé qu’il est devenu impossible de mettre en œuvre la loi 13.113 sur la transhumance pastorale, la gestion et l’aménagement des espaces pastoraux, car la population refuse que les nomades utilisent leurs terres vu la recrudescence des dépassements de ces derniers, estimant que la création d’espaces pastoraux doit se faire dans les zones désertiques.

Adil Adasko a également appelé les autorités à faire preuve de fermeté face aux « actes illégaux commis par les nomades à l’encontre des habitants de Sousse, qu’il s’agisse de l’utilisation de leurs terres et de leurs exploitations agricoles, ou encore du climat de terreur qu’ils créent parmi la population locale ».

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.