Revue de presse du jeudi 6 décembre 2018

share on:

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi :

*L’Economiste.:

– Plus que 25 jours avant que l’annulation des pénalités et majorations de retards de paiements des impôts, taxes et des droits de douane ne prenne fin. Cette opération qui a démarré au 1er janvier permettra au contribuable de régulariser sa situation et au Trésor de récupérer une partie des créances. La démarche est simplifiée puisque aucune demande préalable n’est exigée. La Direction générale des impôts a récupéré près de 600 millions de DH sur 2 milliards prévus, tandis que la TGR a recouvré plus de 1 milliard de DH à fin novembre dont 676 millions au titre des impôts locaux. A la direction générale des impôts comme à la Trésorerie générale du Royaume, l’on s’attend à un afflux massif durant les prochains jours voire la dernière semaine du mois de décembre.

– Ce sont plus de 2 millions de tonnes d’olives qui sont attendues pour cette campagne 2018-2019, soit une hausse de 28%. La récolte actuelle a bénéficié des conditions climatiques favorables, notamment en termes de températures, d’une pluviométrie à la fois abondante et bien répartie dans l’espace. S’ajoute aussi l’entrée en production de jeunes plantations. C’est la région de Marrakech-Safi qui devrait enregistrer une production record soit environ 24% du total national. L’oléiculture assure 51 millions de journées de travail par an, soit l’équivalent de 380.000 emplois permanents. A l’export, les recettes en devises se sont établies à 1,8 milliard de DH/an (moyenne 2013-2017).

*Le Matin. :

– Le gouvernement planche sur un nouveau programme d’efficacité énergétique ciblant les bâtiments et administrations publics, en exécution des hautes instructions royales. Son déploiement nécessitera un budget de 3 milliards de DH, correspondant à un retour sur investissement de moins de 5 ans. Des milliers d’établissements sont concernés pour une facture énergétique annuelle de plus de 2 milliards de DH.

– Le Maroc, deuxième exportateur de services en Afrique. Les exportations mondiales termineraient 2018 sur une croissance de 10,4%, avec une bonne contribution de l’Afrique dont les expéditions progresseraient de 16%, soit deux fois plus vite que les importations. C’est ce qui ressort des données publiées hier par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED). Celles-ci montrent également que le Maroc est deuxième pays exportateur de services en Afrique en 2017, derrière l’Égypte, mais devant l’Afrique du Sud, le Ghana ou encore le Nigeria.

*L’Opinion.:

– Le label national de qualité « TaQaPro » dans le secteur du solaire photovoltaïque a été officiellement lancé à l’initiative de l’Agence marocaine pour l’efficacité énergétique (AMEE), l’Association Marocaine de l’Industrie Solaire et Eolienne (AMISOLE) et le Cluster Solaire. « TaqaPro », conçu avec l’appui de la Coopération technique allemande (GIZ), vise à inscrire les entreprises et installateurs de systèmes solaires photovoltaïques dans une démarche «qualité», afin que les utilisateurs puissent bénéficier d’une installation fiable, pérenne et qui répond à leurs besoins. Le label se décline en trois types: TaqaPro Pompage pour les installations de pompage dans l’agriculture, TaqaPro PV pour les petites installations et TaqaPro PV+ pour les installations de plus grande taille.

– Le département de la Famille a lancé un projet permettant l’amélioration de la mobilité des personnes en situation de handicap à travers plusieurs grandes villes du Royaume. Il s’agit d’une étude d’inventaire et de diagnostic des besoins en aménagement urbain pour l’amélioration de l’accessibilité de 9 villes qui sera lancée en décembre 2018. Pour ce faire, le gouvernement devra établir en premier lieu un bilan détaillé d’inventaire et de diagnostic des manquements en aménagement urbain et formuler des propositions pour l’amélioration dans les secteurs identifiés dans les centres de 9 villes pilotes.

*Al Bayane.:

– Le ministre de l’Aménagement du Territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville, Abdelahad Fassi Fihri, a émis plusieurs critiques sur la gestion des agences urbaines, appelées à se repositionner dans un contexte marqué par la régionalisation. En tête, le retard enregistré en matière de production de documents d’urbanisme dans certaines grandes villes et territoires à forte pression urbaine. Au-delà de l’aspect quantitatif, il est également reproché à ces responsables locaux de marginaliser le volet qualitatif. Ils sont ainsi appelés à concevoir une nouvelle génération de documents d’urbanisme qui évite d’aller dans les détails. Les agences urbaines sont appelées à se mettre à l’ère de la gestion axée sur les résultats.

– Le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a annoncé le lancement de l’opération d’inscription au programme « Tayssir » pour les transferts monétaires conditionnels aux familles dans tous les établissements scolaires, qui se poursuivra jusqu’au 22 décembre. Cette opération a été initiée dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action élaboré par le ministère en application des hautes orientations royales afin de donner une impulsion forte aux programmes d’assistance sociale, indique un communiqué de ce département.

*Aujourd’hui le Maroc.:

– Le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts, Aziz Akhannouch, a affirmé que 96% des captures débarquées au Maroc à fin 2017 sont couvertes par des plans d’aménagement et des mesures de gestion durable des pêcheries. L’engagement du Maroc en faveur du développement durable se manifeste également à travers l’adoption de la loi du littoral en juin 2015 et la stratégie nationale de développement durable (SNDD 2015-2020) qui affirme l’engagement national en faveur de la préservation des ressources environnementales, a-t-il fait savoir lors de la conférence ministérielle tenue à Alger sur « l’initiative pour le développement durable de l’économie bleue en Méditerranée occidentale WestMed ».

– PLF 2019: Un total de 31 amendements ont été adoptés sur les 219 propositions déposées par les différents groupes et groupements parlementaires. Quelque 156 propositions d’amendements avaient été retirées au cours de l’opération de vote. Après l’adoption par la commission des finances, de la planification et du développement économique à la Chambre des conseillers de la première partie du PLF 2019 et après y avoir apporté une série d’amendements, les parlementaires de la deuxième Chambre poursuivent l’examen de la deuxième partie du projet qui regroupe les différents budgets sectoriels des ministères et institutions publiques. L’adoption de la loi de Finances en plénière devra se faire au début de la semaine prochaine.

*Libération. :

– Les exportations des produits d’artisanat ont maintenu leur tendance haussière au cours des dix premiers mois de l’année 2018, selon les chiffres publiés par le ministère du Tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Economie sociale. D’après ces données, les exportations des produits d’artisanat ont réalisé au cours des dix premiers mois de 2018 une croissance de 18,4 % par rapport à la même période de 2017. Ce qui correspond à un total de plus de 665 millions de dirhams. Au cours de cette période, les recettes d’exportation de la majorité des produits d’artisanat se sont accrues avec des taux de croissance différents, par rapport à la même période de 2017.

– Les flux des Investissements directs étrangers (IDE) au Maroc se sont établis à 30,35 milliards de dirhams (MMDH) à fin octobre 2018, en progression de 41,9% par rapport à la même période un an auparavant, annonce l’Office des changes. Ce résultat s’explique par la hausse des recettes (+11,79 MMDH), plus importante que celle des dépenses (+9,43 MMDH), explique l’Office des changes dans une note sur ses indicateurs mensuels des échanges extérieurs d’octobre 2018. Les flux des IDE ont réalisé, durant les cinq dernières années, un taux de croissance annuel moyen de 9,7% (janvier-octobre 2014/2018), relève la même source. Par nature d’opération, les titres de participation représentent 74,3% du total des flux IDE à fin octobre 2018 au lieu de 61,8% une année auparavant et 70,6% en 2016.

*Akhbar Alyaoum. :

– En réponse aux critiques adressées à l’investissement de 23 milliards de DH dans le Train à grande vitesse, le ministre de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, Abdelkader Amara, a affirmé que les détracteurs devraient savoir que l’ONCF a investi 70 milliards de dirhams (MMDH) entre 2000 et 2018, dont 49 MMDH entre 2010 et 2018. Intervenant devant les parlementaires, Amara a souligné que le projet de LGV aura coûté un total de 23 milliards de dirhams.

– Conformément aux orientations royales, le gouvernement se dirige vers l’élargissement des sources d’énergie renouvelable, en mettant l’accent sur la production de l’énergie à partir des déchets, a indiqué le ministre de l’Énergie, des Mines et du Développement durable, Aziz Rabbah. Dans une déclaration à la presse en marge de la 6-ème édition de la Conférence internationale sur les énergies renouvelables et durables « IRSEC’18 », Rabbah a souligné que cette tendance sera généralisée à l’ensemble des villes du Royaume, notant que le volume d’investissement dans le domaine de l’énergie atteint 130 milliards de DH pour la période 2017-2021.

*Al Ahdath Al Maghribia. :

– Le Maroc a succédé à l’Algérie pour assurer, conjointement avec la France, la coprésidence du Comité Directeur pour l’année 2019 de la Conférence ministérielle sur l’initiative pour le développement durable de l’économie bleue en Méditerranée occidentale « WestMed ». Lors de cette réunion ministérielle, le Maroc qui est représenté par une forte délégation conduite par le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts, Aziz Akhannouch, a été désigné officiellement pour prendre le relais et assurer avec la France, à compter du 1er janvier 2019, la coprésidence de ce Comité directeur de l’initiative « WestMED », assumée actuellement par la France et l’Algérie.

– Le bureau syndical unifié du personnel de la Samir relevant du Syndicat national des industries du pétrole et gaz, affilié à la CDT, a appelé à la création d’une agence nationale de l’énergie pour réglementer et garantir les besoins nationaux dans un contexte de tension dans le secteur pétrolier. L’industrie de raffinage du pétrole demeure essentielle pour garantir l’approvisionnement du pays, prévenir les fluctuations des marchés internationaux et échapper au joug des vendeurs de pétrole, particulièrement après la libéralisation des prix, la suppression du soutien et la montée des contestations en raison de la flambée des prix des carburants et la détérioration du pouvoir d’achat des citoyens, a fait remarquer le Bureau.

*Al Alam. :

– Les laboratoires relevant des hôpitaux publics souffrent d’un manque d’équipements, d’infrastructures, de ressources humaines, de formation professionnelle et de système de qualité, ont indiqué des sources responsables au sein du ministère de Santé. Ce dernier reconnait l’existence de plusieurs problèmes dans le secteur de la santé, mais note que les efforts déployés ces dernières années ont permis d’améliorer un certain nombre d’indicateurs, dont les indicateurs internationaux. – Lors de sa réunion hebdomadaire, le comité exécutif du parti de l’Istiqlal a salué l’instauration de nouvelles modalités visant l’intégration des élus des provinces du Sud et d’une militante associative dans les entretiens de Genève autour du Sahara marocain. Cette décision est en conformité avec les recommandations du Conseil de sécurité dans sa dernière résolution. Le comité a également examiné la situation sociale dans le pays, marquée par « la précarité structurelle résultant de la politique ultralibérale du gouvernement aux dépens des classes moyennes et les plus démunies ». Le comité a mis en exergue « l’incapacité du gouvernement à imprimer une nouvelle dynamique à l’économie nationale, attirer les investissements et créer de l’emploi ».

*Al Ittihad Al Ichtiraki. :

– Le Maroc adopte une politique humanitaire dans le domaine de la migration, basée sur une vision globale, a indiqué le ministre délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration, Abdelkrim Benatiq. Intervenant à l’ouverture des travaux du 11è Forum mondial sur la migration et le développement, Benatiq a souligné que le Royaume a apporté les changements nécessaires à son système juridique afin de faciliter l’intégration des migrants qui ont choisi de résider au Maroc. Le but de ces changements était de régler leur situation administrative et leur permettre de bénéficier de tous les droits, notamment le droit à la scolarisation de leurs enfants, le droit aux soins de santé et l’accès aux établissements de formation professionnelle, a-t-il ajouté.

– Le déficit commercial s’est aggravé de 12,2% à près de 94 milliards de dirhams (MMDH) à fin octobre 2018, contre 83,7 MMDH durant la même période un an auparavant, selon l’Office des changes. Cette aggravation s’explique par une augmentation des importations de 34,7 MMDH, plus importante que celle des exportations (+24,5 MMDH), fait savoir l’Office des changes dans une note sur ses indicateurs mensuels des échanges extérieurs du mois d’octobre 2018, ajoutant que le taux de couverture s’est établi à 78,1% entre janvier et octobre 2018 au lieu de 78,7% un an auparavant.

Massae. :

– Les médecins du secteur public ont décidé de recourir à des moyens d’action inédits suite aux prélèvements opérés sur leurs salaires du mois dernier. Ils veulent faire pression sur le ministère de la Santé pour réclamer l’amélioration des conditions de travail, notamment en ce qui concerne la stérilisation dans les hôpitaux, en particulier dans les blocs opératoires. Mountadar Alaoui, patron du syndicat indépendant des médecins du secteur public, a affirmé que les médecins ont décidé, de leur propre initiative, de faire respecter les normes scientifiques dans les hôpitaux à partir du 31 décembre courant, ajoutant que les blocs opératoires qui ne se conforment pas à ces normes seront mis à l’arrêt. – Lahcen Daoudi, ministre délégué chargé des Affaires générales et de la gouvernance, envisagerait de tenir une nouvelle réunion vendredi prochain avec les sociétés des carburants. Le gouvernement fait face à une salve de critiques. Et pour cause, il est soupçonné d’avoir renoncé au plafonnement des marges bénéficiaires aux sociétés des carburants.

*Bayane Alyaoum. :

– Le Bureau politique du PPS a appelé les partenaires sociaux à sauver le dialogue social et assumer leurs responsabilités afin que ce dialogue aboutisse le plus tôt possible à des résultats acceptables par tous, et permettant de renforcer la paix sociale et de répondre aux attentes légitimes des différentes catégories de travailleurs. Il a également réitéré son appel pour un traitement « audacieux et responsable » de la question des prix des carburants afin de sauvegarder le pouvoir d’achat de l’immense majorité de la population.

– Le Maroc et l’Italie ont affiché, mardi à Casablanca, leur détermination à agir ensemble pour un environnement sans contrefaçon à travers le renforcement de leurs dispositifs juridiques et le recours massif à la sensibilisation, notamment des jeunes et des entreprises, quant aux dangers de ce phénomène sur leurs économies respectives. La contrefaçon est devenue un phénomène mondial aux conséquences économiques et sociales néfastes constituant un danger pour les consommateurs et une atteinte au droit du travail et à l’environnement, ont affirmé les participants à un séminaire organisé par l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC), le Consulat d’Italie à Casablanca et l’Agence italienne du commerce extérieur (ICE) à Casablanca.

*Rissalat Al Oumma. :

– Le chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, et son homologue tchèque, Andrej Babiš, ont fait part de la volonté commune du Maroc et de la République Tchèque de donner un nouvel élan à leur coopération bilatérale dans les différents domaines et de tirer le meilleur parti des potentialités offertes par les économies des deux pays pour promouvoir davantage les échanges commerciaux. Lors d’un point de presse conjoint à l’issue des entretiens et de la réunion de travail élargie qu’ils ont eus à Rabat, les deux chefs de gouvernement se sont félicités de l’excellence des relations d’amitié et de coopération qui lient le Maroc et la Tchéquie, exprimant leur volonté d’œuvrer davantage en faveur de leur développement au service des deux pays. – Le ministre de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Saïd Amzazi, a affirmé devant les conseillers parlementaires que son département va généraliser l’enseignement préscolaire avant l’année scolaire 2027-2028, le délai fixé initialement. Il a souligné que la généralisation du préscolaire est un chantier prioritaire et que le ministère fait tout ce qui est nécessaire pour atteindre les objectifs escomptés.

Article19.ma

share on:

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.