Sahara – La rencontre de Genève vise à « tester la volonté de toutes les parties » pour relancer le processus politique (Vidéo)

share on:

Comme prévu, la « table ronde » quadripartite a débuté ce mercredi 5 décembre à la salle concordia au Palais des Nations Unies à Genève, avec la participation de toutes les parties au différend régional sur le Sahara marocain.

Les trois délégations du Maroc, de l’Algérie et de la Mauritanie sont conduites respectivement par les Ministres des Affaires Étrangères:

M. Nasser Bourita;
M. Abdelkader Messahel;
M. Ismail Ould Cheikh Ahmad;
Ainsi que par le dénommé Khatri Addouh prétendu président du soi-disant conseil national du Polisario.

Il est à rappeler que l’objectif de cette table ronde, qui se tient à l’invitation de l’Envoyé personnel du SG de l’ONU, est de tester la volonté de toutes les parties pour relancer le processus politique visant à trouver une solution politique, pragmatique et durable au différend du Sahara.

Elle se distingue par son format puisque l’Algérie acteur véritable dans la genèse et le maintien de ce différend participe pour la première fois comme partie prenante et à un niveau ministériel.

+ À Genève, des élus et membres de la société civile marocaine +

A noter que la rencontre de Genève se tient pendant deux jours et se clôturera jeudi vers 16h30 et sera suivie d’un point de presse.

Rappelons que la délégation marocaine comprend parmi ses membres des élus et membres de la société civile:

Sidi Hamdi Ould Errachid et Ynja Khattat, respectivement présidents des régions de Laâyoune-Sakia El-Hamra et Dakhla-Oued Eddahab, en plus de Mme Fatima Adli , acteur associatif de la ville de Smara, à la table ronde de Genève sur le Sahara marocain renforce la représentation légitime des populations du sahara marocain via une représentativité locale au niveau des élus et de la société civile.

Sidi Hamdi Ould Errachid, président de la région de Laâyoune-Sakia El-Hamra est aussi député-maire de la ville de Laâyoune. Il est l’un des membres de la tribu Rguibat, qui représentaient en 1974, un quart de la population sahraouie lors du recensement espagnol.

Ynja Khattat, président de la région Dakhla-Oued Eddahab est, quant à lui, un ancien membre du polisario ayant rallié le Maroc au milieu des années 90.

Opérateur économique à Dakhla, ce brillant orateur a fait souvent le déplacement à Bruxelles et à Strasbourg pour défendre les accords agricole et de pêche entre le Maroc et l’Union européenne et détricoter les allégations du polisario autour de l’exploitation des richesses des provinces du sud. Il s’agit également d’un parfait exemple de réussite d’un sahraoui, pure souche, qui, un jour décida de ne plus céder aux sirènes du séparatisme et de regagner la mère patrie pour apporter sa pierre à l’édifice du développement socio-économique de son pays, le Maroc.

Quant à Fatima Adli, c’est la touche féminine de la délégation marocaine. Elle prend part à cette table ronde, en tant qu’acteur associatif et membre du conseil municipal de Smara.

Présente sur la scène politique sahraouie depuis le début des années 2000, elle a représenté sa région à diverses manifestations nationales et internationales pour témoigner du dynamisme que connaissent les provinces du sud du Royaume et de l’implication de la femme sahraouie dans la gestion de la chose publique.

En septembre 2011, elle faisait partie de la délégation marocaine dépêchée au siège de l’ONU à New York pour défendre les positions du Royaume à l’occasion des travaux de la 4ème Commission.

Article19.ma

share on:

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.