Verbatim – L’UE ne cache pas ses inquiétudes face aux « inconnues » de la situation en Algérie à la veille des élections présidentielles

share on:

Une note succincte et peu élogieuse, d’un think-tank pour le Parlement européen vient d’être dévoilée ce mercredi 5 décembre, sur l’avenir de l’Algérie malgré ses hydrocarbures et richesses minières.

Voici le contenu de cette note qu’Article19.ma a obtenu en exclusivité :

« L’Algérie est à la veille d’une élection cruciale pour son avenir en avril 2019.

Le pays a certes mené des réformes constitutionnelles de façon à répondre au contexte des printemps arabes dans la région, mais la possibilité d’un cinquième mandat pour le Président Bouteflika reste l’incertitude cardinale qui plane sur le pays. Le président, affaibli par l’âge et une santé fragile, reste le ciment du système politique algérien après la terrible guerre civile des années 1990.

Dans ce contexte, l’équation algérienne reste complexe et trois inconnues (jeunesse, climat et migrations) peuvent façonner les perspectives de court et moyen termes. La jeunesse algérienne est nombreuse et son inclusion sur le marché du travail nécessite une croissance continue.

Aujourd’hui, elle reste relativement désinvestie du système politique algérien et ses préférences restent méconnues. Le réchauffement climatique est une seconde inconnue: il aura des conséquences majeures sur le territoire et devrait pousser la population algérienne, mais aussi, plus largement, sahélienne, à rejoindre les villes côtières, nécessitant d’investir dans un urbanisme durable et des services publics adaptés.

Enfin, les dynamiques démographiques, algériennes et en Algérie par le jeu des migrations, forment un défi important pour l’avenir.

Ces questionnements replacent l’Algérie dans son environnement régional où elle joue un rôle central à la fois dans le conflit au Sahara occidental, relativement à la Libye et au Sahel.

L’Algérie est aussi un partenaire crucial dans la lutte contre le terrorisme international. La situation économique du pays reste à surveiller: en effet, les variations des prix de l’énergie mettent l’économie algérienne sous tension.

Les autorités algériennes affirment la nécessité de réformes mais ces dernières sont complexes à mener quand l’Etat fait face à des baisses de revenus.

L’Union européenne est le principal partenaire commercial de l’Algérie et l’Accord d’association offre un cadre pour l’approfondissement de ces relations.

Récemment, les deux partenaires ont ouvert un débat sur les barrières tariffaires algériennes qui paraissent ne pas aller dans la bonne direction. »

Article19.ma

share on:

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.