Édition – Abdelkader Chaoui souligne « la faiblesse de la production littéraire au Maroc » en présentant « Le jardin de la dame »

share on:

Le nombre de romans marocains écrits en arabe ne dépasse pas les 950 et ce jusqu’en 2015, a affirmé l’écrivain Abdelkader Chaoui, ajoutant que ce chiffre ne devrait pas dépasser les 2030 au cours de cette année, alors que la France et l’Espagne enregistrent à chaque rentrée littéraire entre 500 et 600 nouveaux romans.

Chaoui, qui présentait son nouveau roman « Le jardin de la dame », vendredi soir à la librairie du Troisième millénaire à Rabat, et dont les propos ont été rapportés par le site arabophone Hespress, a ajouté que l’histoire de la littérature marocaine moderne n’excède pas sept décennies et que le premier roman marocain est Azawiya paru en 1942 et qu’il a fallu attendre la fin des années 50 du siècle dernier pour voir un nouveau roman et la période d’or du milieu des années 90 au cours de laquelle ont été publié entre 20 et 35 romans par an.

L’auteur de « Kana et ses sœurs » a également évoqué le nombre de romans écrits par Mohamed Azzedine Tazi qui sont au nombre de 24, tandis que la production d’autres romanciers est de 15 romans au moment où 65% des romanciers n’ont plus publié aucune œuvre après leur premier écrit.

Il a, en outre, relevé la complexité de l’édition au Maroc entre la publication par un éditeur et celle sur le compte d’auteur, soulignant que la question du dépôt légal ne peut que donner cette situation.

+ A la recherche de soi… +

Chaoui a décrit la situation du roman au Maroc comme étant à « la recherche de soi », rappelant les tendances historique, sociale et situationnelle qui caractérisent le roman marocain en l’absence d’une thématique dominante comme c’est le cas dans la littérature égyptienne, notamment chez Najib Mahfouz.

Il a, en outre, souligné qu’il ne pouvait se libérer de son passé de prisonnier politique, sachant qu’il a été incarcéré au cours des années de plomb à l’âge de 22 ans pour ne retrouver la liberté qu’à la quarantaine.

Concernant son nouveau roman, il a indiqué que « Le jardin de la dame » donne l’illusion au lecteur d’entrer dans une relation intime impossible avec une femme qui n’existe pas dans la réalité mais qui est présente dans ses multiples dimensions.

En fait, c’est « un personnage versatile » qui est passé d’un espace à un autre, a vécu dans la dépendance et dans un semi-esclavage entre émancipation et libération sur le plan émotionnel, tout comme il a vécu entre intégration et non-intégration, représentant ainsi la contrepartie féminine d’un personnage masculin.

L’écriture de « Le jardin de la dame » remonte à 2007 pour ne voir le jour qu’après des recherches sur les personnages et les sujets, a fait savoir Chaoui qui a dit envisagé de publier dans les prochaines années un nouveau roman sur le coup d’Etat au Chili, un pays où il était ambassadeur du Maroc.

Article19.ma

share on:

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.