C’est en lavant son âme de la poussière du quotidien, un quotidien au sein d’une société marocaine « patriarcale », qu’Aya Moudden a réalisé une vidéo où elle peint les drames des femmes marocaines.

La jeune engagée de 27 ans s’exprime en darija sur un ton abattu, une musique de fond émouvante et des images révélatrices.

Féministe, son discours manifeste un ras le bol vis-à-vis d’une réalité inique et injuste où la femme est dépourvue de toute estimation de sois.

Aya réclame ainsi le respect de sa dignité au-delà de sa virginité…revendique sa liberté d’expression, conteste l’inégalité au niveau de l’héritage islamique, exige sa liberté sexuelle et intellectuelle et prône une vision libre, libérée et indépendante de la femme.

مرا… حشاك! Mra Hachak… A rant by yours truly…

Publiée par Aya Moudden sur Jeudi 15 novembre 2018

« Une femme, sauf votre respect (Mra hachak)
Ma dignité est entre mes jambes
Ma dignité réside dans un bout de tissu
Même si je lis Kafka et Spinoza, je reste inférieure à un être qui a un organe génital plus long d’environ quelques centimètres que moi.

Je suis une femme et demie dans une société où on ne reconnait pas le quart de mon estime de soi.

Je dois faire des études et demeurer naïve…
Je dois ressembler à une russe, tout en me cachant.
Je suis une femme, faible en intelligence et en religion.

Dans la rue, s’il me regarde, je dois baisser les yeux.

S’il me parle, je dois boucher mes oreilles
S’il me viole, ils m’obligent à l’épouser.

Je suis une femme, sauf votre respect
Je reste une femme, parce que c’est l’homme qui va me préserver des rumeurs
Dans l’héritage, il me vole
Par le biais de la religion, il me contrôle, viole mes droits
Et quand j’ouvre ma bouche, il me casse la gueule ».

Sur les réseaux sociaux, les internautes adhèrent au discours. Lancée jeudi 15 novembre, la vidéo a été vue 37 000 fois et a été partagée 533 fois jusqu’à maintenant.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.