Plus de 80% des terres agricoles européennes contiennent des pesticides, relève une étude de l’université de Wageningue aux Pays-Bas, publiée mercredi dans la revue scientifique Science of the Total Environment et relayée par l’agence Belga.

L’équipe de chercheurs a analysé des échantillons provenant de la couche supérieure de 317 terrains agricoles dans 11 pays européens sur lesquels sont cultivées diverses cultures telles que la pomme de terre, le blé, le maïs et des légumes.

Les pesticides le plus souvent détectés, d’après l’étude, sont le glyphosate et son composé chimique, l’acide aminométhylphosphonique (AMPA) – interdit en Europe depuis des décennies – et les pesticides chimiques boscalid, époxiconazole et tébuconazole.

« Comme nous avons trouvé des restes de plus d’un pesticide dans un grand nombre des échantillons, on peut dire que la présence de plusieurs pesticides dans le sol est la règle plutôt que l’exception », souligne Violette Geissen du groupe de recherche de l’université de Wageningue.

Les auteurs de l’étude plaident, dans ce sens, pour une législation européenne sur les seuils et les normes de qualité des pesticides qui mettent en danger des organismes essentiels du sol.

« Tout d’abord, les effets de chaque pesticide et de chaque mélange de pesticides doivent faire l’objet d’essais approfondis avant qu’une réglementation en matière de protection des sols appropriée puisse être élaborée », ajoutent-ils.

Les tests réalisés dans le cadre de cette étude ont été effectués dans onze pays européens qui possèdent les plus importantes superficies de terres agricoles, à savoir le Portugal, le Royaume-Uni, le Danemark, l’Italie, la Grèce, l’Espagne, la Hongrie, la Pologne, les Pays-Bas, la France et l’Allemagne.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.