Religions – « Les Juifs et les Musulmans marocains ont dépassé le vivre-ensemble pour consolider leurs liens de fraternité » (Boussouf)

share on:

Le Maroc, terre de dialogue et de tolérance. Les Juifs et les Musulmans marocains ont dépassé le vivre-ensemble harmonieux pour consolider davantage leurs liens de fraternité, a affirmé, mercredi à Marrakech, le Secrétaire général du Conseil de la Communauté Marocaine à l’Etranger (CCME), Abdellah Boussouf.

« Le Maroc est une terre de paix qui a pu contenir la coexistence en paix de Juifs et Musulmans depuis des milliers d’années. Une leçon pour le monde qui vit aujourd’hui des déchirements au sein de ses sociétés », a souligné M. Boussouf à l’ouverture de la Rencontre sur le « Judaïsme marocain: pour une marocanité en partage », un événement placé sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

« Nous avons dépassé le vivre-ensemble pour réaliser la fraternité et partager nos habitudes et nos traditions », a-t-il soutenu.

Et de poursuivre que « les Juifs du Maroc ont contribué à construire et à préserver ce pays depuis 2000 ans et ont, à travers l’histoire comme en a fait acte la publication du CCME « Marocains, migrants et voyageurs », toujours été le trait d’union liant le Maroc au reste du monde », tout en invitant les participants à cette Rencontre à intensifier leurs efforts pour faire connaître la culture marocaine là où ils vivent.

Le Royaume a aussi montré, à travers l’Histoire, qu’il a pu penser l’aménagement de son territoire de façon efficace et efficiente, « les quartiers du Mellah dans toutes les villes du Maroc en sont la preuve éloquente, permettant aux Juifs et Musulmans de partager leur quotidien puis d’exercer leur religion en toute liberté dans des quartiers distincts », a-t-il poursuivi.

M. Boussouf a, en outre, appelé les institutions publiques à intégrer la « dimension juive » dans leurs politiques notamment dans le volet culturel pour leur apport « inestimable » en vue de prémunir les jeunes juifs de l’extrémisation, car, a-t-il dit, « les jeunes Juifs peuvent être, comme leurs voisins Musulmans, une proie à l’extrémisation ».

Evoquant l’importance de la Rencontre de Marrakech sur le judaïsme marocain, il s’est félicité de cette action du CCME en partenariat avec le Conseil des Communautés Israélites du Maroc (CCIM), qui a pu rassembler un grand nombre des membres de la communauté juive marocaine dans le monde.

« Après notre Hymne national et les vœux de nos Rabbins, il nous est difficile de contenir nos émotions pour ces retrouvailles entre les membres des communautés juives dans le monde, placées sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI qui, à chaque occasion, la dernière en date à Fès, rappelle que les Juifs marocains jouissent de la pleine citoyenneté ».

« Nous souhaitons donc à travers cette Rencontre épurer encore plus nos relations et parvenir, avec toute la sincérité possible, de tracer ensemble l’avenir d’un pays et d’une société de liberté et de droit pour que les jeunes générations puissent perpétuer cette homogénéité », a-t-il insisté.

Grâce à ce conclave, « nous affirmons que tout Musulman au Maroc reconnaît la part juive de son identité et est fier de partager avec toutes les composantes de cette dernière une mémoire collective », a-t-il fait remarquer.

Le Secrétaire général du CCME a rappelé, à cette occasion, le combat qui est le sien pendant plus de 20 ans pour le vivre-ensemble entre Juifs, Chrétiens et Musulmans dans une estrade européenne comme la ville de Strasbourg. « Le grand rabbin était le premier à donner son soutien à un projet musulman. Il a été applaudi par la communauté Musulmane pour tout ce qu’il a pu apporter au dialogue interreligieux lors de l’inauguration de la Grande Mosquée de Strasbourg ».

 

Organisée par le CCME en partenariat avec le CCIM, la Rencontre de Marrakech sur le judaïsme marocain s’est ouverte en présence d’un aréopage de personnalités issues de divers horizons.

Cette Rencontre inédite réunit quelque 250 Marocains juifs, du Maroc et de l’étranger, parmi lesquels des personnalités de la société civile, des enseignants, des universitaires, des multiplicateurs d’opinions, des leaders du monde des affaires, des journalistes, des chercheurs et des artistes.

Elle ambitionne de prolonger et d’approfondir la réflexion sur des questionnements tels que : Que signifie, au XXIème siècle, être Marocain lorsqu’on vit loin de sa terre natale ou d’origine? Comment préserver notre spécificité dans nos pays d’accueil ? Comment les communautés marocaines à l’étranger peuvent-elles assumer un rôle de trait d’union, de force de proposition pour une consolidation des rapports entre pays d’origine et terre d’accueil ? Ou comment préserver et promouvoir l’exception marocaine ?, surtout qu’en diaspora, la communauté est interpellée par le souci de préserver et d’assumer une composante essentielle de son identité : sa marocanité.

Pour ce faire, les débats lors de ce conclave graviteront autour de plusieurs questions dont:  »Décryptages : Réalités et défis du Maroc contemporain »,  »L’écriture de l’histoire des Juifs du Maroc »,  »Perceptions et représentations du Juif dans la production littéraire, cinématographique et médiatique au Maroc »,  »Séquence jeunesse : Côte à Côte, face à face, ensemble et séparément, comment construire l’avenir ? »,  »Juifs marocains : force de proposition-force de mobilisation ».

Au menu figure également une conférence autour du thème  »Le Maroc dans le monde: défis et perspectives ».

A noter que cette Rencontre est également organisée avec la collaboration de plusieurs institutions notamment, le ministère de la Culture et de la Communication, la Fondation du patrimoine judéo-marocain, le Musée du Judaïsme marocain, l’Association des Amis du Musée du Judaïsme Marocain et l’Alliance Israélite Universelle.

Article19.ma

share on:

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.