Après la réélection de Hakim Benchamach, leader du Parti d’Authenticité et de Modernité (PAM), à la présidence de la Chambre des Conseillers, une crise politique s’est déclenchée au sein de la majorité gouvernementale à cause de l’ajournement d’une réunion qui a été prévue par cette majorité.

Ce report de la réunion est causé par la présentation de la candidature du PJDiste Nabil Chikhi à la présidence de la Chambre Haute par le Parti de la Justice et de Développement (PJD).

Driss Lachgar, secrétaire général de l’Union Socialiste des Forces Populaires(USFP), a déclaré : « Le report de la réunion de la majorité gouvernementale est dû à la violation de la décision relative à la non nomination d’un candidat issu des partis politiques qui forment le gouvernement », selon le site Hespress.

Lachgar a ajouté que les partis politique formant le gouvernement, notamment l’USFP, avaient organisé une réunion au domicile du chef de gouvernement Saadeddine Othmani début octobre, où ils ont conclut « qu’ils ne présenteront pas un candidat issu de la majorité gouvernementale à la présidence de la chambre des conseillers». Pour appuyer leur décision, ils ont même publié un communiqué où a été cité: « la majorité gouvernementale ne peut pas contrôler à la fois la chambre basse et haute du Parlement».

Le fait que le PJD n’ait pas respecté cette décision a suscité une polémique au sein de la majorité gouvernementale. « Tout changement d’opinion par le PJD aurait dû être communiqué à l’ensemble des partis politiques formant le gouvernement, afin qu’une réunion soit organisée et qu’ils y discutent tous », s’indigne Lachgar.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.