Ce dont les partis politiques marocains ont vraiment besoin

share on:

Par Ahmed Assid ***


Dans le discours royal prononcé à l’occasion de l’ouverture de la session d’automne du parlement, le souverain a annoncé une augmentation de la subvention de l’Etat accordée aux partis politiques « en veillant à ce qu’ils en allouent une fraction aux compétences qu’ils mobilisent pour des missions de réflexion, d’analyse et d’innovation ».

La question qui se pose est la suivante : pourquoi les partis ne mobilisent-ils pas leurs compétences ? Est-ce vraiment ce qui leur manque c’est l’argent et les moyens matériels ? Comment l’opinion publique nationale considèrera-t-elle l’augmentation du soutien public à des partis illégitimes et incapables même d’accomplir leurs missions les plus simples ?

Les partis politiques traditionnels représentés au Parlement et au gouvernement vivent des situations très difficiles caractérisées comme suit :

-Absence de la décision partisane indépendante du pouvoir et une totale subordination au régime politique.

-Désintégration du cadre partisan à cause des conflits internes provoqués par la subordination au régime à laquelle a contribué le châtiment infligé aux dirigeants des partis qui ont tenté de dépasser les lignes tracées pour l’action partisane.

-Faible relation avec les bases à cause du monopole de la décision par les dirigeants des partis dans le cadre de son contrat avec le pouvoir.

-Grande différence entre les programmes déclarés des partis et l’action gouvernementale effective.

-Gel de l’idéologique partisane due au déclin de la pensée politique et au manque de renouvellement et d’éclaircissement des concepts en fonction des conjonctures et des mutations actuelles.

-Le retrait des partis de la fonction d’encadrement et de sensibilisation sociaux en donnant la priorité dans leur action aux décisions venant d’en haut et aux politiques préalablement définies, ce qui a transformé les sièges des partis en espaces déserts et quasi-abandonnés.

-Gel des élites culturelles, de leurs cadres compétents, et la négligence des comités et des secteurs du parti, à cause du manque d’importance de leurs rôles et de leurs fonctions par rapport aux préoccupations de l’action partisane aux yeux des dirigeants des partis.

Devant de telles situations, est-il possible de réduire le problème des partis à un besoin de l’aide de l’Etat?

Les nombreux événements qu’a connu le Maroc au cours des dernières années, depuis l’expérience de l’alternance consensuelle en passant par la période post-2011, ont montré l’absence totale et effrayante de forces politiques capables de s’allier et de coordonner entre elles en vue d’un projet commun clair et de le défendre dans un discours et à travers un comportement reflétant un degré de cohésion.

+ Des partis politiques qui ne savent pas ce qu’ils veulent ou ne veulent pas +

 Nos partis ressemblent plus à des factions, divisées et rivales, dont la plupart portent en elle encore des rancunes découlant de scissions antérieures et préfèrent régler des comptes conjoncturels à la réflexion et à la planification stratégique. De même, les alliances annoncées semblent très fragiles car elles sont liées aux objectifs conjoncturels du régime politique et, également, à cause des différences des idéologies et des conflits dans les bases.

In fine, nous sommes devant des forces politiques qui ne savent pas exactement ce qu’elles veulent, ou plutôt ne veulent pas plus que ce que le pouvoir veut et cherche. Ce qui signifie l’absence du besoin de les avoir.

C’est ce qui explique en partie l’hégémonie de la monarchie sur la scène politique d’une manière qui a conduit à son appauvrissement et au désespoir des populations. Il est évident que la transition vers la démocratie ne puisse se réaliser sans des partis forts ayant un prolongement dans la société, avec des thèses, des visions politiques et des programmes concurrents qui animent et approfondissent le débat public sur les différentes questions, alors que ce qui prévaut chez-nous ce sont les slogans du pouvoir et son discours (qu’adoptent préalablement les partis) en face des rêves de la société civile et ses aspirations, à côté des clowns fanatiques attachés au fondamentalisme extrémiste.

Toutefois, il ne faut pas oublier que celui qui a conduit les partis à ce degré de faillite, lequel les a fait partager entre 20 et 23% des voix des électeurs en l’absence de la grande majorité du peuple marocain, ce sont les plans du pouvoir et sa politique qui ont toujours cherché à assurer une hégémonie absolue à l’acteur royal. C’est ce qui a poussé les partis à sacrifier leur légitimité pour consacrer celle du régime. Les partis ont accepté les règles du jeu pour se trouver presque totalement isolés de la société.

 La question qui se pose est la suivante : Jusqu’à quand le Makhzen continuera-t-il à brûler ses élites alliées, croyant qu’en procédant ainsi elle se renforceront aux dépens des autres ?

Est-ce que la création de nouveaux partis, ou la tentative de réanimer de vieux partis, ou l’octroi de davantage de rentes aux partis sans l’existence d’une vie politique normale avec de vrais acteurs politiques, sans changement radical dans la manière dont le régime gère les questions de l’Etat et de la société, et sans la réussite des chantiers de développement véritable est de nature à ranimer réellement la vie politique et lui donner un sang renouvelé ?

Ou bien serait-ce l’erreur qui provoquera la mort de la politique marocaine, exacerbera la crise et exposera le Maroc à des risques qui pourraient emporter la légitimité de tous?

*** N/B: traduction Article19 et les idées exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur.

Article19.ma

share on:

1 Comment

  1. Le roi vient de leur promettre plus d’argent pour ne rien faire. Les partis poubelles du Maroc, sans exception aucune, ne méritent un centime des contribuables et si le roi veut mettre ses mains dans les poches et de leur donner de son argent personnel est son problème et non celui du Peuple qui s’appauvrit de plus en plus lorsque les politiciens et le Makhzen s’enrichissent de leur malheur…

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.