Les chefs de l’opposition et le leader du PJD ont-ils enterré, subitement, la hache de guerre ? Tout porte à croire que oui.

En tout cas pour le moment. Signe en est que dans leurs interventions publiques du week-end dernier, des dirigeants des trois formations de l’opposition ont évité, contrairement à leurs habitudes, de s’en prendre directement au chef du gouvernement. Bien plus, les chefs de l’opposition ont évité jusqu’à évoquer son nom.

En effet, dans un meeting tenu à Sidi Ifni par l’USFP, son premier secrétaire, Driss Lachgar, a consacré son intervention aux problèmes de la région et à la critique de l’action gouvernementale dans sa globalité.

 Le secrétaire général adjoint du PAM, Ilyass El Omary, s’est limité, lui, à Ouarzazate, à évoquer les préparatifs du parti pour les prochaines élections locales et régionales. Et contrairement à ses habitudes, Hamid Chabat, le leader de l’Istiqlal, a remis de côté son langage habituel et les attaques personnelles contre le chef du gouvernement pour se pencher, lors des deux meetings qu’il a présidés à Erfoud et Merzouga, sur les carences de la politique du gouvernement en matière d’investissement dans la région.

Article19.ma/lavieéco

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.