Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce samedi :

*Le Matin. :

– La Famille royale et le peuple marocain célèbrent, ce samedi, l’anniversaire de Son Altesse Royale la princesse Lalla Asmaa, une Princesse au grand cœur dont le militantisme social et les gestes de bienfaisance ont permis d’améliorer la situation des personnes à besoins spécifiques, notamment les enfants sourds-muets. En sa qualité de présidente de la Fondation Lalla Asmaa pour enfants et jeunes sourds, S.A.R. la Princesse Lalla Asmaa a fait siennes les préoccupations de cette catégorie vulnérable de la population. Par sa générosité, son volontarisme et le sens élevé d’engagement social dont elle faisait preuve dès son jeune âge, S.A.R. la Princesse Lalla Asmaa a marqué de son empreinte le domaine de l’action sociale en faveur des enfants malentendants.

– Première journée réussie pour l’Université d’été de la CGEM, organisée du 28 au 29 septembre à l’ISCAE Casablanca. Cette première opération d’envergure de Salaheddine Mezouar, depuis qu’il a pris les rênes du patronat fin mai dernier, aura été un véritable succès. En attestent le nombre et la qualité des participants venus apporter leurs éclaircissements sur les enjeux macro et micro-économiques auxquels fait face aujourd’hui l’entreprise. L’invité de marque est incontestablement l’ancien Premier ministre français, Dominique de Villepin.

*L’Opinion.:

– Le Comité exécutif (CE) du parti de l’Istiqlal s’est réuni tout au long de la journée du 26 septembre dans le cadre d’une retraite de réflexion sur le volet politique de la vision du parti concernant le nouveau modèle de développement. Le CE a passé en revue la situation générale du pays prenant ainsi acte, avec grand regret, de l’extrême lenteur de la cadence des réformes, de l’absence de vision intégrée de la part du gouvernement concernant la conception et l’exécution des chantiers de développement promis. Le CE appelle ainsi à mettre en œuvre les réformes sociales et économiques urgentes pour répondre aux besoins croissants et aux revendications légitimes des citoyens.

– Le ministre de l’Energie, des Mines et du Développement durable, Aziz Rabbah, a indiqué que la production minière du Maroc en 2017 a totalisé 35,11 millions de tonnes (plus de 90% phosphates), contribué de 10% au PIB et constitué 20% de la part des exportations nationales. Le chiffre d’affaires de ce secteur a atteint 56,5 milliards de dirhams et les emplois directs qu’il a créés se sont élevés à 41.000 durant la même période, a souligné Rabbah, rappelant que les principaux acteurs dans ce domaine sont le ministère de l’Energie, des Mines et du développement durable, les établissements publics, la Fédération de l’industrie minérale.

*Al Bayane.:

– Tout va pour le mieux dans le monde de la téléphonie mobile au Maroc. L’ANRT vient de confirmer l’embellie du secteur à travers une enquête sur le taux de pénétration des smartphones. Les ménages marocains sont pourvus à 99,8% d’équipements de la téléphonie mobile aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural. Près de 92% des individus âgés de plus de 5 ans sont équipés en téléphonie mobile, dont 73% sont équipés d’un smartphone en 2017, selon l’enquête. Il devient urgent pour l’Etat de se pencher sur le phénomène de l’exposition précoce des enfants aux mobiles et internet, en concertation avec les instances en charge des enfants et les parents.

– La production et les ventes de l’industrie ont enregistré un recul en août 2018 pour la majorité des branches d’activités, selon une enquête mensuelle de conjoncture de Bank Al-Maghrib (BAM). « Les résultats de l’enquête mensuelle de conjoncture du mois d’août, qui coïncide avec la période des congés annuels de plusieurs entreprises, indiquent une baisse d’un mois à l’autre de la production et des ventes », fait savoir BAM. En revanche, les commandes auraient connu une progression, avec toutefois un carnet de commandes qui serait resté à un niveau inférieur à la normale.

*Libération. :

– Conseil régional des notaires de Rabat et la Chambre des notaires de Bruxelles ont signé un protocole de jumelage d’échange et de coopération qui vise à renforcer les relations entre les deux institutions sur la base d’un partenariat «fructueux, durable et mutuellement bénéfique». Ce protocole porte notamment sur l’échange des expériences sur les thèmes à caractère professionnel qui intéressent les notariats de Rabat et de Bruxelles, la formation continue et l’actualisation des connaissances des notaires des deux parties en vue d’améliorer les techniques juridiques.

– Un vent d’optimisme semble souffler sur le secteur des services marchands non financiers et sur le commerce de gros, si l’on en croit les appréciations des chefs d’entreprise telles qu’elles ressortent des enquêtes de conjoncture réalisées par le Haut-commissariat au plan (HCP) au titre du troisième trimestre de l’année 2018. Selon les résultats de ces enquêtes de conjoncture, 27% des chefs d’entreprise du secteur des services marchands non financiers anticipent une hausse de l’activité globale pour le troisième trimestre de cette année. Ils ne seraient que 12% à s’attendre à une baisse.

*Akhbar Al Yaoum.:

– A quelques jours de la tenue du 13è congrès du MP, et après l’annonce de la candidature de Mohand Laenser et Mustapha Slalou pour le poste de secrétaire général du parti, le conflit entre les deux parties concurrentes s’est transformé en une action devant les tribunaux. En effet, Slalou a saisi le tribunal administratif de Rabat pour contester la candidature de Laenser. Ce dernier est accusé de s’être porté candidat avant les amendements des statuts lui permettant de renouveler sa candidature. Slalou a également contesté le fait que la commission préparatoire du congrès ne lui ait pas donné accès à la liste des congressistes pour pouvoir mener sa campagne. Il a demandé à mettre à sa disposition des huissiers de justice en vue de surveiller le déroulement des activités du congrès.

– La CDT a exprimé son inquiétude quant à la dégradation de la situation sociale, et ce pour attirer l’attention du chef de gouvernement Saad Eddine El Othmani. Le syndicat a tiré à boulets rouges sur le gouvernement El Othmani, le portant responsable des tensions sociales et du retard du dialogue social et ses répercussions sur la situation. La CDT a appelé à rouvrir le dialogue dans les plus brefs délais pour aboutir à un contrat national autour des revendications des travailleurs et des catégories les plus touchées.

*Al Ahdath Al Maghribia. :

– L’ONSSA s’est adressé aux entreprises marocaines importatrices des boissons énergétiques, appelant à la réévaluation de dossiers techniques de ces boissons, et ce avant la fin du mois de novembre prochain. L’ONSSA vise, à travers cette initiative, à entamer une évaluation sanitaire des dangers des boissons énergisantes sur la santé du consommateur, afin de prendre les mesures nécessaires pour l’organisation de l’importation de ces produits et sa commercialisation sur le marché marocain.

– Le chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani a affirmé l’engagement du Maroc à mettre fin à l’épidémie de la tuberculose avant l’année 2030. S’exprimant lors d’une réunion de haut niveau consacrée à la lutte contre la tuberculose, dans le cadre de la 73ème session de l’Assemblée générale de l’ONU, El Othmani a indiqué que « selon les données actuelles et les programmes établis, le Maroc s’engage à mettre fin définitivement à l’épidémie de la tuberculose avant 2030, comme cela est souligné dans les objectifs des Nations unies ».

*Al Alam.:

– Dès la rentrée scolaire prochaine, le nombre d’heures d’apprentissage des élèves du primaire sera réduit de 30 à 27 heures par semaine. Intervenant lors du forum de la MAP, le ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Saïd Amzazi, a fait savoir que les heures d’apprentissage des élèves marocains dépassent celles des élèves d’autres pays, où ils n’ont que 27 heures par semaine, soulignant que 30 heures d’apprentissage par semaine sont épuisantes pour les élèves.

– L’activité économique en 2017 a enregistré un rebond significatif par rapport aux faibles performances de l’année précédente, a relevé le Conseil économique, social et environnemental (CESE), dans son rapport annuel rendu public samedi, notant que « cette amélioration demeure essentiellement conjoncturelle, étant donné que l’économie nationale continue de pâtir de nombreux déficits structurels ». Après avoir donné un aperçu sur les conjonctures internationale, marquée par la poursuite de la reprise de la croissance, et régionale, le rapport du CESE indique que la croissance de l’économie nationale est passé de 1,1% en 2016 à 4,1% en 2017 grâce notamment à une bonne campagne agricole.

*Akhir saa.:

– Le secrétaire général de l’UGTM, Mayara Enaâm, a imputé la situation économique critique de la ville de Fès à la politique menée par le gouvernement, considérée par le syndicat comme résultante d’une mauvaise gestion et d’une absence de stratégies économiques et sociales dans les gouvernements El Othmani et Benkirane. Intervenant lors d’un séminaire à Fès, Mayara s’est dit convaincu que le gouvernement est celui de gestion des affaires et non des programmes, notant que la différence entre le premier et le second réside dans l’absence de programmes et de cohésion gouvernementale. – Le Paraguay « soutient entièrement l’intégrité territoriale du Maroc », a affirmé le ministre paraguayen des Affaires étrangères, Luis Alberto Castiglioni. « Le Paraguay soutient le Maroc et il continuera toujours à le soutenir », a assuré Castiglioni dans une déclaration à la presse, à l’issue de ses entretiens avec le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, en marge de la 73ème session de l’Assemblée Générale des Nations-Unies. « Nous sommes très contents que les relations entre le Paraguay et le Maroc sont à leurs meilleurs niveaux aujourd’hui et nous travaillons actuellement à les rendre encore meilleures », a dit le chef de la diplomatie paraguayenne.

*Al Massae. :

– Le ministère de l’Intérieur a convoqué des responsables chargés des marchés publics, suite aux rapports soumis au ministre de l’Intérieur indiquant que des chefs de service recouraient au chantage des entreprises pour remporter des marchés publics sans respect des cahiers des charges. Selon une source bien informée, l’administration centrale du ministère de l’Intérieur a demandé à certains responsables au sein des préfectures de Rabat, de Casablanca et de Kénitra d’expliquer comment certains marchés avaient été passés.

– Le projet de loi de finances pour 2019 est en stand-by. Alors que les services du ministère de l’Economie et des finances ont finalisé la préparation technique de ce projet, conformément à la note de cadrage et aux propositions des différents départements, certaines mesures que le gouvernement veut mettre en place n’ont pas encore été tranchées « politiquement ». Des mesures à caractère social, financier et fiscal attendent le feu vert des composantes de la coalition avant qu’elles ne soient insérées dans ce projet.

*Bayane Alyaoum. :

– L’adoption du Pacte de Marrakech sur les migrations, en décembre prochain, ne devrait pas être une fin en soi, mais le début d’une nouvelle ère, d’un travail de longue haleine et d’un engagement renouvelé à tous les niveaux sur la question migratoire, a affirmé le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita. Intervenant lors d’un évènement parallèle de haut niveau, co-organisé par le Maroc en marge de la 73ème session de l’Assemblée générale des Nations-Unies, Bourita a souligné que « si la route de Marrakech nous mène vers l’adoption formelle du Pacte, c’est à la mise en œuvre des engagements qu’elle doit nous conduire, inéluctablement ».

– Nabil Benabdallah, secrétaire général du PPS, a affirmé à l’ouverture de l’université d’été qu’il est temps de s’occuper des jeunes et de dépasser l’incertitude qui plane sur la situation politique. Il a par ailleurs appelé les composantes de la coalition à cesser de gaspiller le temps par des altercations futiles et des bisbilles, mettant l’accent sur l’importance majeure de prendre conscience des défis posés et du grand fossé existant entre les jeunes et la vie publique.

*Al Ittihad Al Ichtiraki. :

– Washington accorde un intérêt aux ambitions gazières du Maroc. L’Agence américaine pour le Commerce et le développement (US Trade and Development) annonce l’octroi d’un don au ministère de l’Energie, des Mines et du Développement durable pour financer une étude de faisabilité visant à évaluer la possibilité de construire un terminal d’importation de GNL (gaz naturel liquéfié) le reliant au gazoduc Maghreb-Europe et une unité de regazéification.

– Le nombre de cas de rage au Maroc est passé de 43 en 1985 à 15 en 2017, grâce aux efforts déployés pour lutter contre cette maladie, dans le cadre du programme national lancé en 1986, a indiqué le ministère de la Santé. Dans un communiqué rendu public à l’occasion de la Journée mondiale de la rage (28 septembre), le ministère affirme que 65.000 personnes sont vaccinées chaque année après avoir été mordues ou griffées par des animaux, surtout par les chiens errants.

*Rissalat Al Oumma. :

– Le ministre du Tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale, Mohamed Sajid, s’est entretenu à Dunhuang, (nord-ouest de la Chine), avec le ministre chinois de la Culture et du tourisme, Luo Shugang, des moyens de renforcer la coopération bilatérale dans le domaine des investissements touristiques, du transport aérien et de la formation des professionnels du secteur. Les deux parties ont examiné l’ouverture d’une ligne aérienne directe entre le Maroc et la Chine. La partie chinoise a exprimé son soutien à cette initiative qui répond à la grande affluence des touristes chinois vers le Maroc.

– Le ministre de la Santé, Anas Doukkali a souligné, jeudi à New York, l’engagement du Maroc à mettre en oeuvre les déclarations politiques des Nations Unies et la feuille de route de Montevideo pour 2018-2030 sur les maladies non transmissibles en tant que priorité pour atteindre les objectifs du développement durable. Dans une allocution prononcée lors d’une réunion de haut niveau tenue en marge de la 73ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies sur « la prévention et le contrôle des maladies non transmissibles », Doukkali a relevé que ces maladies demeurent un défi majeur pour le développement économique et social dans différents pays, en particulier ceux à faible et moyen revenu qui enregistrent plus de 80% des décès précoces dus à ces maladies.

Article19.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.